AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 Chante petit oiseau, chante

Anna Belle
Anna Belle
plume menteuse
Pseudo : Typocampe
Célébrité : Sophie Skelton
Crédits : Typocampe
Messages : 458

Âge : 24 ans
Métier : Faussaire, elle produit de faux documents. Un peu actrice, elle vous persuadera de leur véracité.
Situation matrimoniale : Célibataire et, d'après ce que l'on dit, ce n'est pas prêt de changer si elle ne fait pas rapidement quelques efforts en ce sens.

Chante petit oiseau, chante Qfuo

Chante petit oiseau, chante Empty
Mer 30 Jan - 10:34

Chante petit oiseau, chante

émile et anna
Anna n’aimait pas être sur les planches, elle y préférait de très loin rester dans les coulisses. Non qu’elle soit mauvaise actrice, elle était même plutôt talentueuse – malgré un flagrant manque de confiance en elle, toutefois, elle avait toujours était dans l’ombre et être exposée aux yeux de tous les badauds niais de la capitale la mettait mal à l'aise. Mais ce jour-là, comme souvent, Gaston avait besoin d’une femme pour sa mise en scène. Et naturellement, ce rôle revenait forcément à la rouquine – seule demoiselle de la trouve – qui, bon gré mal gré, était donc entrée dans son rôle. Ses cheveux en désordre, le teint poudré à lui provoquer des éternuements, grossièrement maquillée, vêtue au lance-pierre, sous une telle montagne de tissus et de fards, elle passait pour la parfaite mégère. Elle se retrouva ainsi bientôt à hurler sur Hercule – pauvre bougre – quel époux déloyal il faisait pour acheter un filtre d’amour à destination de sa maîtresse et ainsi en acheter un pour le lui faire boire afin de le faire retomber amoureux d’elle. Elle avait finalement dû esquiver le baiser qu'il voulait lui donner. Ce jour-là encore, il n’y eu pas d’applaudissements pour sa prestation, elle n’en avait jamais attendus, heureusement sans quoi elle aurait été déçue. Dès que son rôle fut terminé, la mégère disparut, de même que son mari infidèle et Anna eu tôt fait de retrouver sa robe, son châle, son chignon bien fait et surtout sa peau.

Penchée sur une fontaine, elle y plongeait généreusement ses mains pour ôter vigoureusement les fards de son visage. Elle détestait avoir à user de tels artifices pour jouer des rôles aussi médiocres. Mais elle ne voyait pas vraiment comment évoluer. Aux côtés des pigeonniers, elle bénéficiait de leur protection, de leur amitié, de leur compagnie et de leur réputation car, il ne fallait pas l'oublier, nombreux étaient de ses clients à passer par les trois vauriens pour la quémander ses services. Alors elle pouvait bien jouer la comédie de temps à autres pour leur rendre la monnaie de leur pièce.

Maudissant les poudres bons marchés, elle était toute à ses pensées quand elle remarqua un visage dans le reflet de l’eau dont elle troublait le repos : un visage déformé qu’elle ne reconnue qu’en se tournant vers son propriétaire : Emile Maupin.

L’acteur était de sa clientèle depuis un moment et elle devait dire que celui pour qui il travaillait était un bon payeur. C’était donc toujours un plaisir de le voir apparaître, surtout dans les mauvais jours puisque, en plus de lui fournir de l’ouvrage qui tenait son esprit occupé à quelque chose de productif, il n’était pas mauvais bougre et jamais il n’avait eu l’insolence de lui demander quoi que ce soit de véritablement compromettant, quoi qu’elle se demandait parfois ce qu’Alexis de Bauffremont – elle avait fait quelques recherches sur son véritable employeur, et puisque ce nom apparaissait souvent dans les faux qu’elle produisait pour lui, il n’avait pas été véritablement difficile à trouver – pouvait bien faire de tant de documents factices.

S’armant d’un sourire alors qu’elle avait encore une épaisse barre blanche et rose sur sa joue gauche – qu’elle tenta vainement de faire disparaître d’un revers de sa manche –, elle l’observa avant de lancer, sur le ton de la conversation :

« Ce n’est pas véritablement notre lieu de rendez-vous habituel Monsieur Maupin. Puis-je donc connaître la raison qu'il me faudra remercier pour la bonne surprise qu'elle me fait de vous voir ? »

C’était que la bougresse savait parler, bien en plus, et puisqu'elle avait, assez vite, compris que plus qu’un acteur, Emile avait quelques ascendances lui ayant accordé le droit à une bonne éducation, elle veillait donc à toujours s’adresser à lui avec respect. Elle espérait seulement qu’il ne soit pas venu lui parler de sa représentation de plus tôt. Elle ne doutait pas vraiment avoir pu être convaincante, quand elle plaçait un masque sur son visage, elle disparaissait totalement dessous. Toutefois, et c'était sans doute pour là la raison pour laquelle elle ne souhaitait pas en parler avec lui d’ailleurs, voilà un moment que l’excommunié lui parlait de sa troupe, comme si il souhaitait qu’elle se joigne à elle…
Émile Maupin
Émile Maupin
vallombreuse
Pseudo : Irina/Wild Concerto
Multi-compte(s) : Olympe de La Trémoïlle, Julie de Sainte-Maure
Célébrité : Tom Hiddleston
Crédits : Maquizz | Visage du Passé
Messages : 54

Âge : 32 ans.
Rang : Noble excommunié, Émile de Sérigny de son vrai nom.
Métier : Comédien à la troupe de l'Hôtel de Bourgogne.
Situation matrimoniale : Célibataire.

Chante petit oiseau, chante Tumblr_ohxrkyxXsR1tberpco3_540

Chante petit oiseau, chante Empty
Mer 6 Fév - 18:33

Chante petit oiseau, chante

émile et anna
Le programme de la journée de la troupe était, la plupart du temps, fort chargé : il allait de soi que lors des précieuses heures durant la semaine où Émile disposait d’un peu de liberté, le grand air de Paris était la chose qui l’attirait le plus au monde. Certes, il n’y avait là rien à voir avec les campagnes et les forêts normandes, et la ville présentait souvent des odeurs plutôt putrides, mais cependant plus odorantes que certaines chambres de l’Hôtel de Bourgogne, oubliées, semblait-il, depuis des siècles. C’était aussi le moment où, plutôt que d’être sur scène, il pouvait enfin se permettre d’être spectateur de tous les petits événements du jour dans Paris – des scènes soit véridiques, jouées par des badauds qui ne faisaient que répéter leur routine de tous les jours, ou encore, quelques rares cas où ce n’était vraiment que cela – des saynètes. Ce n’était une question que de les repérer, qu’ils soient comédiens ambulants, ou escrocs et filous tentant d’attraper leur prochaine victime.

Pour le dernier cas, il y avait un groupe qu’Émile ne manquait jamais de repérer – ou, du moins, lorsqu’une certaine tête rousse familière se joignait à eux. Aujourd’hui, leur jeu était tout droit sorti de Molière, avec l’un des pigeonniers dans le rôle du mari dominé par sa mégère d’épouse. Le jeune homme n’était certainement pas mauvais dans son rôle : mais avec ses fards tape-à-l’œil, bien que trop mal appliqués pour qu’elle passe pour une fille de mauvaise vie, revêtue d’un amas de vêtements où il était clair que la bonne femme tentait désespérément d’imiter les grandes dames de ce monde, les cheveux ébouriffés autour de sa tête comme un halo de feu digne d’une Furie, Anna Belle volait la vedette. Émile assistait à la saynète en spectateur, étouffait le sourire qui lui venait tout naturellement aux lèvres, histoire de ne pas briser la véracité de la scène pour les passants qui, eux, ne se doutaient de rien.

La prestation avait enfin touché à sa fin, et Émile avait patiemment attendu qu’Anna sorte d’une taverne, vêtue de sa robe, de son châle et de son chignon habituels, pour se diriger vers une fontaine où elle s’appliquait à présenter à frotter vigoureusement les fards avec de l’eau. Émile jugea le moment opportun venu pour l’approcher : aujourd’hui, heureusement, ce ne serait pas pour parler affaires. En effet, parmi les « menus » travaux que lui demandait le marquis de Listenois, en échange pour ses services d’enquête sur le meurtre de son père et de son frère, il y avait la production de faux. Bauffremont prétendait, bien sûr, qu’il s’agissait de documents essentiels à telle ou telle enquête qu’il menait, et si Émile était plus disposé à le croire au début, les demandes se faisaient de plus en plus louches. Et puis, véritablement, si Bauffremont n’avait rien à se reprocher et que le tout recevrait facilement la bénédiction de La Reynie, Émile se demandait de plus en plus souvent pourquoi le marquis ne faisait pas son sale travail lui-même. Heureusement, toute faussaire qu’elle était, malgré son petit caractère, Anna Belle était tout de même brave fille et Émile se trouvait bien fortuné d’être tombée sur elle plutôt que sur un autre filou qui, lui, lui inspirerait bien moins confiance et qui pourrait éventuellement trouver un moyen quelconque de le compromettre.

Laissant son reflet paraître dans la fontaine, Anna avait vite fait de l’apercevoir et de se tourner vers lui, tentant encore d’effacer une trace de fard sur sa joue qui refusait de partir.

« Ce n’est pas véritablement notre lieu de rendez-vous habituel, Monsieur Maupin, » avait-elle répondu, soignant bien son langage en repoussant le plus possible son accent parisien. « Puis-je donc connaître la raison qu’il me faudra remercier pour la bonne surprise qu’elle me fait de vous voir? »

Il fallait dire qu’Émile se demandait bien souvent, toutefois, ce qu’elle faisait avec une bande de vauriens – d’autant que plus qu’Anna avait mentionné, çà et là, avoir déjà servi une grande dame. C’était sans doute à cet emploi qu’elle avait appris à si bien parler, et sa diction était un atout que bien des gens lui envieraient. Pour Émile, elle serait un excellent atout pour l’Hôtel de Bourgogne, ou même n’importe quelle autre troupe. Une vie d’excommuniée n’était certes pas très enviable, mais c’était déjà mieux que d’être faussaire et de constamment risquer le fer rouge et les Madelonnettes. Anna, cependant, avait laissé entendre qu’elle refusait de se laisser convaincre, mais Émile s’était résolu de ne pas baisser les bras tout de suite. Il fallait être prudent, toutefois, comme Anna avait son caractère bien à elle et que de trop remuer la barque la ferait refermer comme une huître. Émile ne pouvait qu’espérer, à présent, qu’il parviendrait à la faire pencher avant qu’elle ne se fasse prendre.

« Je suis tombé sur vous tout bonnement par hasard, Mademoiselle, » répondit Émile avec un sourire, histoire de rendre Anna quelque peu plus réceptive, puisque, après tout, il y avait sans doute très peu de gens dans Paris qui l’appelleraient « mademoiselle ». « Je suis tombé sur votre petite mise en scène et je dois dire qu’elle m’a fort amusé. Monsieur votre mari est peut-être un vaurien, mais vous jouez si bien les mégères je dois dire que je ne puis m’empêcher de le plaindre de tout mon cœur! »

Il s’assit au bord de la fontaine, encourageant Anna à faire de même. Sortir le grand jeu pour une carrière dans le théâtre allait devoir attendre, mais une autre ligne de conversation lui était rapidement venue à l’esprit. Si Anna était une ressource précieuse pour les demandes de Bauffremont, il restait tout de même que se procurer des faux représentait un risque constant, et cela, Émile ne pouvait aucunement se le permettre. Quelques questions anodines sur le commerce d’Anna ne feraient sans doute pas de mal, surtout s’il rendait ses intentions claires dès le début. « J’espère que je n’éveillerai aucunement votre méfiance, mademoiselle, mais je vous ai sans doute conté les nombreuses excuses que mon employeur me donne pour faire affaire avec vous. Non pas que votre compagnie et votre aide ne soient pas agréables, mais je m’interroge de plus en plus sur son compte. Auriez-vous ouï parler de lui dans le passé, ou se serait-il adressé à quelqu’un de votre connaissance? C’est que je dois m’assurer que malgré le moyen utilisé, sans vouloir vous offenser, l’intention est juste. Je crois que c’est un cas auquel vous êtes bien peu confrontée, donc vous comprenez sans doute mes réticences… »
Anna Belle
Anna Belle
plume menteuse
Pseudo : Typocampe
Célébrité : Sophie Skelton
Crédits : Typocampe
Messages : 458

Âge : 24 ans
Métier : Faussaire, elle produit de faux documents. Un peu actrice, elle vous persuadera de leur véracité.
Situation matrimoniale : Célibataire et, d'après ce que l'on dit, ce n'est pas prêt de changer si elle ne fait pas rapidement quelques efforts en ce sens.

Chante petit oiseau, chante Qfuo

Chante petit oiseau, chante Empty
Jeu 14 Fév - 18:13

Chante petit oiseau, chante

émile et anna
Passant ses mains encore humides dans ses jupons pour les sécher, la jeune fille avait écouté l'acteur lui conter comment il l'avait trouvé cette fois-ci et ce qu'il pensait de l'étrange couple qu'elle avait mis en scène avec son comparse un peu plus tôt. Elle eut alors une moue, déçue d'avoir été reconnu plus que touchée de sa remarque par rapport à ce pauvre Hercule qui ne devait pas avoir une vie facile pour avoir pareille épouse. Cette phrase la fit d'ailleurs plutôt sourire. Seule fille de la bande de petit brigands qu'étaient les quatre pigeonniers, il ne fallait pas manquer de caractère si elle voulait avoir un peu de respect. Oh un jour Gaston avait tenté de lui faire laver ses chemises. L'idiot devait encore s'en rappeler. Non, en effet, les hommes partageant sa vie n'avait pas une existence paisible. Ils n'en voulaient sans doute pas à l'origine mais son mauvais caractère n'y arrangeait rien, tout comme ça manie de se retrouver dans des situations délicates.

Mais tout ceci ne lui disait toujours pas la raison pour laquelle il avait attendu la scène finie pour venir la saluer et lui adresser la parole. Elle préférait en général que ses rapports avec ses clients soient purement professionnels, mais visiblement Émile Maupin - ou qui qu'il soit -, s'était attaché. Alors elle devait bien s'y faire une raison. Elle ne pouvait le fuir à tous les instants. Il lui fit toutefois le plaisir de ne pas insister sur la prestation ridicule qu'elle venait de réaliser et passa à un sujet bien plus intéressant pour elle : le travail.

Ainsi donc, il s'inquiétait enfin de son employeur et des raisons le poussant à demander des faux par son intermédiaire. Voilà longtemps qu'Anna avait pour sa part menée sa petite enquête pour comprendre qui était Alexis de Bauffremont... Non qu'elle aime à connaître ses clients mais car elle avait voulu s'assurer qu'il ne la mette pas dans une situation compliquée qui lui passerait la corde au cou si elle n'était pas prudente.

Mais mieux vaut tard que jamais alors si elle eut une nouvelle moue, la rouquine écouta les inquiétudes d'Émile l'excommunié et ses interrogations. Il craignait que celui en qui il avait placé sa confiance ne vienne à le trahir et s'était légitime. Elle s'assit donc dans un soupire au bord de la fontaine, serrant son châle autour de ses épaules.

« Monsieur Maupin, sachez que si vous m'avez souvent donné des excuses, je n'en attend aucune de mes clients, moins j'en sait, mieux je me porte bien souvent, mieux je dors. Mais je ne suis pas autant impliquée que vous dans cette histoire. Toutefois, j'aimerais comprendre pour qui vous me prenez pour penser que je puisse être confronter à des cas de conscience. Je produit de faux documents certes mais le plus souvent ils ne servent à rien où presque et n'ont pas une grande importance. Quand on me demande un document compromettant, je refuse. J'ai une conscience. »

Le plus souvent, les gens faisaient des raccourcis faciles et elle avait en horreur ces idées naïves qui n'avaient aucun fondement, l'argent ne pouvait tout acheter et elle avait toujours su que l'argent ne lui serait d'aucune utilité si elle était morte, se balançant au bout d'une corde. Elle eut un nouveau soupire en s'apaisant, le regarda :

« C'est votre indiscrétion qui vous perdra sans doute monsieur, plus que votre inquiétude... Vous devriez être plus prudent. Et si vous jugez la chose juste, alors vous devriez la considérer comme telle... Pour votre bonne conscience. Personne ne pourra rien vous reprocher si vous ne savez pas. »
Contenu sponsorisé
Chante petit oiseau, chante Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vaine tentative... [PV Jim]
» Luka __ •°•°• Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes (DÉLAIS JUSQUE LE 12/08)
» Vole, vole, petit oiseau...
» Petit oiseau et prédateur [Fe]
» Danny & kieran ♦ Joli petit oiseau grandit loin de son nid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Paris capitaleParis capitale
 :: L'Outre-Petit-Pont
-