AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Réouverture du forum !

 Marion Lalézarde ◆ Empoisonneuse en herbe

avatar
Marion Lalézarde
empoisonneuse en herbe
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Gabrielle, Hector, Augustina et Roland
Célébrité : Ashley Madekwe
Crédits : Typocampe
Messages : 167

Âge : 29 ans.
Métier : Apothicaire bien qu'on la dise aussi empoisonneuse et faiseuse d'anges.
Situation matrimoniale : Célibataire.



Ven 29 Juin - 18:08

Marion Lalézarde

si le succès est un poison j'le transformerai en élixir
Prénom : Marion. ◆ Nom : Si son véritable nom, celui de sa naissance, n'est autre que Corriveau, il a été oublié au profit de celui qu'elle s'est choisie, Lalézarde. ◆ Surnom : La Lézarde. ◆ Date de naissance : 6 décembre 1648. ◆ Âge : 29 ans. ◆ Orientation sexuelle : Si elle a connu bien des plaisirs charnels dans sa vie, elle a toujours préféré ou du moins favorisé la compagnie masculine. ◆ Situation matrimoniale : Célibataire. ◆ Métier : Apothicaire bien qu'on la dise aussi empoisonneuse et faiseuse d'anges. ◆ Religion : Aucun Dieu ne saurait lui accorder son pardon ou sa miséricorde. ◆ Groupe : Mercure. ◆ Célébrité : Ashley Madekwe. ◆ Crédits : Typocampe.
Oh ! Bonjour ma toute belle ! Que puis-je pour toi aujourd'hui ? Une beauté aussi éclatante qu'éternelle ? Quelques philtres d'amour ? Ton avenir peut-être ? Ah moins que tu ne sois là aujourd'hui pour une raison plus sombre ? Ce n'est que moi Claude, ranges ton baratin. Non, je viens te voir pour te proposer un partenariat, à nous deux, imagines ce que nous pourrions accomplir...

Ah ! Le contraire m'aurait surpris, mais as-tu conscience des risque que tu as encouru pour venir jusqu'à moi à une telle heure par les temps qui courent ? J'espère que tu as été prudente en chemin. Tu crois vraiment que je vais risquer ma peau ? La tienne ne me fait ni chaud ni froid mais tout de même, ce serait tout aussi risqué, réfléchis donc un instant. Donc, qu'en dis-tu ? Cesses d'éviter la question.

Bien bien... Tu sais, on est jamais assez prudent en ce moment... Je préférais demander. Donc, revenons-en à l'affaire pour laquelle tu es venue me consulter. Es-tu seulement prête à en payer le prix ? Nous partagerions nos part, bien évidemment... Mais nous aurons bien plus de poids en unissant nos effort, chacune de nous à sa spécialité après tout. N'es-tu pas de mon avis ?
Épouse d'un bourreau de Paris, le quotidien de Marie-Anne Corriveau n'était pas des plus joyeux quoi que la situation de son mari, Baptiste Corriveau, lui permettait de mener une vie confortable, ironique n'est-il pas ? Ainsi se rendait-elle régulièrement au théâtre, un art qu'elle appréciait particulièrement et qui lui permettait de s'évader de ses médiocres habitudes. C'est là qu'elle rencontra Archibald Lenoir, un ancien esclave ayant saisi les tribunaux pour obtenir sa liberté quelque mois plus tôt et ayant ensuite intégrer une troupe d'artistes itinérants. Charmée par ses récits de voyages et d'aventures, autant vrais que mensongers, elle finit par céder à ses avances, s'abandonnant dans ses bras à la passion dont elle était privée au sein de son ménage.

Les mois s'écoulèrent, transformant la vie morne et ordinaire de la jeune femme en un feu d'artifice de tous les instants. Encouragée par son amant, elle monta même sur les planche, connaissant le succès. Mais bientôt, il fallut desserrer son corset. Les chance pour que son époux soit le père de son enfant été minces, pourtant, elle parvint à sauver les apparences, du moins, jusqu'au jour de la naissance. Car en effet, à l'heure de la délivrance, on lui tendit un enfant à la peau sombre. Il ne faisait plus aucun doute que son adultère allait alors être découvert.

La colère de Baptiste Corriveau fut glaciale et si il accepta de reconnaître l'enfant qui fut baptisée Marion Corriveau, il ce fut à la seule condition que jamais son épouse ne revoit cet acteur de pacotille qui avait jeté l'opprobre sur son nom. La pauvre mère pleura longtemps cet amant perdu. Du moins c'est ce qu'il sembla à son époux qui en vint même à regretter d'ainsi faire son malheur. Puis, un jour, quand il revint de son office, il trouva la fillette seule dans son berceau, pleurant à pleins poumons sans personne pour la consoler. Elle n'avait laissé que ce petit bout de vie derrière elle, pas une lettre, pas un mot, pas même un bijou à transmettre à sa fille. Elle était parti, emportant avec elle tout ce qui pourrait avoir une valeur marchande. Commençant une nouvelle vie au sein de la troupe de l'artiste dont elle s'était amourachée.

Jamais le bourreau ne pardonnerait cette seconde traîtrise et il la fit surtout payer à cette enfant qui lui restait sur les bras. Avant qu'elle ne soit en âge de marcher, il l'emmenait avec lui partout, la fourrant dans les bras de la première femme venue, dont ceux de certaines criminelles parfois. Puis un jour, elle prononça son premier mot. "Papa." La gifle qu'elle reçut alors était la première mais plus jamais elle ne prononcerait ce mot. Par la suite, elle reçu plus d'une correction, certaines étaient justifiées, d'autres ne l'étaient pas.

Quand Marion eut huit ans, il cessa de la traîner à sa suite, la laissant chez eux, seule, parfois des jours entiers alors qu'il était amené à voyager. C'est durant cette période qu'elle commença à vagabonder dans Paris, mais aussi aux alentours de la capitale et c'est là qu'elle rencontra Astrid Lalézarde. L'enfant, affamée avait gagné la forêt pour trouver à manger. Mais entre une plante comestible et un poison mortel, la différence est maigre aux yeux d'une petite fille. Astrid qui la surprit à avaler des baies de belladone, la sauva ce jour là. La femme était un peu sorcière, elle tenait une boutique d'apothicaire non officielle dans les bas fonds de la capitale, plongeait dans l'art des poisons et des avortements. Mas sans elle, elle serait morte ce jour là - quoi que ce ne fut pas très agréable.

Après cette rencontre, chaque jour que Marion était abandonnée, elle se rendait chez la femme, trouvant là un repas chaud mais surtout un peu d'affection. Astrid n'avait jamais eu d'enfant, elle prétendait que c'était là la preuve qu'elle connaissait bien son métier. Marion fut alors la fille qu'elle n'avait jamais eu, une fille curieuse, intelligente et débrouillarde à qui au fil des années, elle apprit tout ce qu'elle savait. Marion, âgée de treize ans, venait chez elle chaque matin et repartait chaque soir. Mais un soir, elle vint frapper à sa porte, en larmes, défigurée. Oh ce n'était pas le premier bleu qu'elle lui trouvait mais ce soir là, son père l'avait frappée à sang. Une fois soignée, Marion formula alors enfin son vœux de demeurer avec celle que tout le monde appelait La Lézarde et celle-ci, qui attendait en vérité ce jour depuis longtemps le lui accorda. Marion adopta dès lors le nom de la femme à laquelle elle devait tant, poursuivant sa formation auprès d'elle.

Le temps ce fit dès lors plus doux pour Marion, elle avait un foyer, un métier, une mère. Tout ce dont elle avait toujours manqué et personne ne vint jamais plus lui reparler de la mulâtre du bourreau de Paris. Elle était devenue la Fille Lézarde, un surnom moins dégradant, vous en conviendrez. Un jour pourtant, dans son grand lit, elle retrouva Astrid morte. Sa peau était déjà froide. Elle n'avait rien pu faire. Comme le souhaitait son mentor, elle fit enterrer son corps dans les bois avec l'aide de quelques mauvaises fréquentations et prit la tête du commerce. La clientèle se rendit à peine compte du changement. Marion avait alors des contacts parmi le peuple, et parmi la noblesse, un fait qui lui permis de passer entre les mailles du filet tendu par le lieutenant-général de La Reynie. Débarrassée de quelques rivales dans cette sombre affaire, elle multiplie les clients, nul doute que la vie fastueuse et trépidante de la cour est précieuse dans ses affaires.
Pseudo : Typocampe. ◆ Âge : 24 ans. ◆ Trouvaille du forum : Si vous saviez combien c'est le bordel dans ma tête vous ne me demanderiez pas de m'en souvenir. ◆ Avis sur le forum : Au bout du 5ème personnage, vous vous en inquiétez encore ? ◆ Le mot de la fin : L'amour que je vous porte me sera fatal. ◆ Rang souhaité : Empoisonneuse en herbe.
Spoiler:
 
avatar
Olympe de La Trémoïlle
belladone
Pseudo : Irina/Wild Concerto
Multi-compte(s) : Émile Maupin, Julie de Sainte-Maure
Célébrité : Sarah Bolger
Crédits : Typocampe
Messages : 181

Âge : 23 ans.
Rang : Marquise de Listenois.
Métier : Dame d'atours de Mademoiselle, herboriste à ses temps perdus.
Situation matrimoniale : Mariée à Alexis de Bauffremont.



Ven 29 Juin - 19:55
:sheep: :sheep: :sheep: :sheep: :sheep:
avatar
Invité
Invité
Ven 29 Juin - 20:11
C'est un super personnage. Very Happy Dangereuse à souhait...
avatar
Invité
Invité
Ven 29 Juin - 20:34
TROP de perfection.. je vais devoir sévir ! :dead:
Sinon, se te commanderais bien filtre d'amour pour Gilliam... 

Re-bienvenue !
avatar
Marion Lalézarde
empoisonneuse en herbe
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Gabrielle, Hector, Augustina et Roland
Célébrité : Ashley Madekwe
Crédits : Typocampe
Messages : 167

Âge : 29 ans.
Métier : Apothicaire bien qu'on la dise aussi empoisonneuse et faiseuse d'anges.
Situation matrimoniale : Célibataire.



Ven 29 Juin - 21:29
Ahah, comme si avec une femme comme toi sous le nez il avait besoin d'un aphrodisiaque :3
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le champ d’herbe a pipe de Nirco
» couché dans l'herbe ...
» Le commerce d'herbe à pipe des Bophin
» Herbe sur les decors?
» Herbe verte de mon nouveau domicile...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Visages barbouillés de fards
 :: Le registre des naissances :: Fiches validées
-