AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Forum en cours de refonte,
passez souvent nous voir pour découvrir surprises et nouveautés !

 Mathilde Duchâtelet ◆ We had our day. But that’s all it was, a day.

avatar
Invité
Invité
Mer 6 Juin - 22:55

Mathilde Duchâtelet

the man i chose to bed will not define me
Prénom(s) : Mathilde. Un prénom à son image, enjoué et malicieux, que sa mère lui attribua le jour de sa naissance et peut-être la seule chose dont la jeune actrice lui est reconnaissante.◆ Nom : Duchâtelet. Un patronyme connu et reconnu dans le milieu de la haute bourgeoisie parisienne. Malédiction, souvenir maudit d'un monde qu'elle a choisi de quitter. Un nom qu'elle a pu cacher le temps d'un mariage mais qui demeure sien malgré tout.◆ Surnom : Celui qu'on aura décidé de lui donner. ◆ Date de naissance : Un 12 novembre de l'année 1647. ◆ Âge : 25 hivers. ◆ Orientation sexuelle : Si les hommes ont sa préférence, embrasser des lèvres féminines ne la rebute pas pour autant. ◆ Situation matrimoniale : Veuve depuis ses 22 ans, elle pleure encore la perte de son époux en cachette, dans la nuit et la solitude, loin des fastes du théâtre et des nobles. Cela ne dure jamais longtemps, car le passé parasite le présent et seule compte aujourd'hui sa renommée. ◆ Métier : Actrice. ◆ Religion : Catholique. ◆ Groupe : Mercure. ◆ Célébrité : Hera Hilmar. ◆ Crédits : Répondre ici.
Pardonnez-moi, je cherche à me rendre dans les jardins, le roi y organise ce soir une fête superbe mais avec tous ces déménagements, je suis totalement perdu quelque soit le lieu où je me trouve ! Pourriez-vous m'aider ma chère ? Monseigneur de Maricourt ? Vous ? Ici ? Moi qui vous pensez au fait de tous les aléas au sein de la Cour, me voilà désappointée ! Mais ce soir, vous voilà chanceux. La bonne fortune vous a placée sur mon chemin et je me sens d’humeur généreuse. Je me ferais un plaisir de vous guidez jusqu’au lieu des réjouissances, où moi aussi je me rends. Voyez-vous je suis comme qui dirait l’une d’elles.  Merci ! Je ne saurais vous exprimer toute ma reconnaissance. Mais, vous qui m'êtes d'une aide si précieuse, saurez-vous me dire où je puis trouver quelqu'un capable de m'aider dans une affaire délicate ? Gabriel de La Reynie s'est montré si zélé qu'il nous a assurément privé de certains services que ces diables pouvaient nous rendre. Hum, il se peut en effet que je connaisse quelques personnes capables de vous aider monsieur, mais l’on n’a rien sans rien. Un service en vaut bien un autre, surtout s’il me met dans une situation délicate car comme vous le savez, Monsieur de la Reynie a des yeux et des oreilles absolument dans tout Paris. D'ailleurs, en parlant de service, vous me semblez des plus agréables... Peut-être pourriez-vous m'en rendre un ? Monsieur, vous voilà bien téméraire ! Peut-être est-ce parce que votre épouse n’est pas là contrairement aux soirs où je joue ? Mais ne soyez pas trop gourmand. Vous venez de me demander un service, c’est à vous à présent ne m’en rendre un, non l’inverse. J’attends donc une certaine générosité de votre part qui peut-être sera récompensée d’une manière ou d’une autre. Et jusque là, je vous prie de ne plus me toucher.
« Mademoiselle Duchâtelet ! Mathilde ! Je vous en prie, cessez vos enfantillages et concentrez-vous sur votre broderie ou votre mère aura vent de votre comportement. » cria la nourrice des enfants Duchâtelet, les joues rougies par l’effort que lui demandait la surveillance de la petite dernière. Voilà plusieurs années qu’elle était au service de cette prestigieuse famille et jamais aucun de leurs enfants ne lui avait donné plus de fil à retordre que la petite Mathilde. Du haut de ses huit ans, cette dernière fixait sa nourrice avec un air de défi, commun aux jeunes de son âge. Le regard fier et sûr, elle attendait de la pousser à bout, comme à chaque fois et dans un élan de rébellion, elle cultiva le vice jusqu’à lui tirer la langue avant de s’enfuir en courant dans les couloirs du grand hôtel parisien que possédaient ses parents. Sa broderie, inachevée quoique réussie, tomba sur le sol, suivie de près par la chaise où la demoiselle avait pris place. Tout cela était un jeu à ses yeux. Un jeu qui manifestement ne faisait rire qu’elle. Ses précepteurs, sa nourrice, ses parents, tous étaient désemparés face à l’indocilité dont faisait preuve Mathilde. Ni les réprimandes, ni les punitions, ni les menaces ne semblaient faire effet sur le comportement de la jeune enfant, à croire que le Diable en personne la possédait.

Le rire de l’inconscience aux bords des lèvres, Mathilde s’amusait à faire tourner la tête de « Madame », comme elle se devait de l’appeler. Rapide et agile, elle dévala les grands escaliers de la demeure familiale. Les Dûchatelet était une famille bourgeoise connue et reconnue dans tous Paris et la grandeur de leur fortune était à l’égale de la renommée de leur nom. Afin de conserver leur place dans la société, les parents de Mathilde s’étaient évertués à élever leur progéniture comme des enfants de la noblesse. Tous savaient lire, écrire, compter, monter à cheval, manier les armes pour les garçons et tenir une maison pour les filles, et les aînés de la fratrie s’étaient d’ailleurs montrés consciencieux et responsables face aux devoirs que leur imputait leur nom. Néanmoins, Mathilde était une exception. Enfant gâtée, capricieuse, irrespectueuse, elle se complaisait dans la rébellion face à l’autorité et ce depuis son plus jeune âge. La demoiselle était aux yeux de ses parents de la mauvaise graine et quoiqu’ils fassent, ils ne parvenaient pas à l’éradiquer.

Ce fut la figure paternelle qui stoppa la petite sauvageonne dans sa course à tel point que le choc la fit tomber sur les fesses. Elle leva ses grands yeux bleus vers Jean-Baptiste Duchâtelet, homme froid et calculateur, qui l’observa en retour de toute sa haute stature. L’échange silencieux entre eux se déroula pendant quelques secondes avant que la nourrice n’arrive à leur rencontre, essoufflée par la descente des marches et son corset trop serré. « Que faites-vous donc ici ? » demanda posément le géniteur, question inutile dont il connaissait déjà la réponse. Ses yeux d’un gris glacial étaient toujours posés sur sa benjamine. « Mademoiselle Mathilde a encore fui son cours de broderie. J’ai essayé de la retenir monsieur, mais cette enfant est intenable. ». Jean-Baptiste Duchâtelet hocha lentement la tête avant de remettre sur pieds Mathilde. Cette dernière savait pertinemment ce qui l’attendait et se préparait déjà à la douleur lancinante que provoquerait la main de son père contre sa joue. La punition vint plus rapidement que prévue et sans attendre des larmes commencèrent à rouler sur les joues rondelettes de l’enfant. La mâchoire serrée, elle vint poser sa petite main contre la peau meurtrie, rougie par la violence du geste. « Ramenez-là dans sa chambre et qu’elle y reste tant qu’elle n’aura pas compris que celui qui fait autorité ici, ce n’est pas elle, mais moi. Et ne lui apportez pas à souper ce soir. Le jeûne lui fera le plus grand bien. Peut-être même devrait-elle y prendre goût avant de rentrer au couvent. » Sur ces mots, monsieur Dûchatelet continua sa route. La nourrice attrapa Mathilde par le bras et la mena jusqu’à sa prison temporaire. « Ne croyez pas que cela me fasse plaisir, mais c’est le seul moyen de vous faire entendre raison. » murmura la quarantenaire avant de fermer la porte à clé.


***

En ce jour saint, les cloches retentissaient dans la petite église située non loin de la capitale tandis qu’une jeune fille tout vêtue de blanc dévalait les marches de pierres, le sourire aux lèvres. Une joie d’une intensité pure avait pris possession de tout son être, au point qu’elle ne se sentait pas plus lourde qu’une plume, prête à flotter dans les airs dans sa robe de mariée. Le poids d’un nom méprisé s’évaporait enfin des frêles épaules de Mathilde qui n’était dorénavant plus que Madame Jacquet. A présent, elle n’avait plus à feindre, à se soumettre, à jouer à la « jeune fille convenable ». Elle était libre. Libre d’aimer son acteur, son amant. Libre de vivre la vie qu’elle voulait sans plus avoir à compromettre sa vraie nature au service d’une famille qui ne représentait rien à ses yeux. Excepté le souvenir de son frère Robert, Mathilde ne gardait rien de bon de ses jeunes années auprès des Duchâtelet. Et du haut de ses seize printemps, elle connaissait enfin l’indépendance, rêve d’enfant qu’elle gardait enfouie au plus profond de son cœur.

Loin d’être idiote, la jolie rouquine connaissait les risques qu’impliquait un tel choix. Sa vie allait changer de tout au tout. Elle ne serait plus l’héritière d’une riche famille bourgeoise à la dot incroyable, mais une simple femme du peuple, une actrice, aux revenus modestes. Or, l’amour l’avait guidé jusqu’ici et lorsqu’elle regardait son nouvel époux, aucun doute ne venait s’insinuer dans son esprit. Outre, le fait que cet acte était de la pure rébellion envers ses parents, Mathilde chérissait de tout son être celui qui partagerait à l’avenir ses joies et ses peines. D’ailleurs, n’étaient-ils pas liés par le péché de chaire ? Peut-être portait-elle déjà le fruit de leur union ? Quelle joie elle aurait de fonder une famille avec son amant au sein de la troupe de théâtre ! Cette idée lui fit tourner la tête tout autant que le baiser que Pierre déposa sur  sa délicate bouche.


***


« Plus haute ta tête Mathilde, les gens où qu’ils soient dans le théâtre doivent t’entendre, tu le sais bien. » lui expliqua le jeune homme aux cheveux de jais tandis qu’il relevait délicatement le menton de la belle rousse. Si l’intonation de cette dernière ainsi que son jeu étaient irréprochables, elle avait tendance à incliner son visage vers le bas, ce qui avait pour effet de limiter la portée de sa voix. Un défaut que s’évertuait à corriger son mari afin de rendre Mathilde parfaite. La jeune fille possédait un talent indéniable pour la scène. Cependant, cet univers était encore nouveau pour elle, enfant née dans une riche famille où le théâtre se résumait à un divertissement et non à un gagne-pain, et il lui restait donc beaucoup de choses à apprendre. « Je sais bien Pierre, crois-moi j’y travaille, mais ça n’a rien de simple ! » argua Mathilde, les sourcils froncés, impatiente de vaincre l’obstacle à la perfection de son talent. Un soupire de fatigue traversa ses lèvres tandis que son pied tapotait le parquet de bois d’un rythme empressé. Son dos la faisait souffrir au point que la seule pensée qui régnait dans son esprit était de s’allonger et de soulager son corps affaibli par la grossesse. Elle détestait être dans cet état, elle qui d’habitude ne parvenait pas à rester sur place et qui était à présent obligée de contrôler ses faits et gestes pour ne pas risquer le pire. La jeune fille arrivait bientôt à terme et si le bonheur de fonder une famille avec Pierre la réjouissait, l’idée de ne plus avoir ce poids constant dans son abdomen la rendait tout aussi hâtive de tenir son bébé dans les bras.


***

Tandis que le rideau s’ouvrait de nouveau sur les acteurs, la foule en délire applaudissant à pleines mains, Mathilde su qu’elle était au sommet de sa gloire. Elle était au centre, personnage principal de cette pièce qui plaisait tant, sa poitrine gonflée par l’orgueil que lui procurait sa réussite. Sa beauté ne laissait, certes, personne indifférent, aussi bien hommes que femmes, mais c’était surtout son talent qui époustouflait les spectateurs. Une réelle perle dans le monde du spectacle dont le nom commençait à se faire connaître. Cependant, outre Mathilde Jacquet, c’était également Mathilde Duchâtelet, la fille indigne, la bourgeoise déchue, qu’on venait voir telle une attraction. D’ailleurs n’était-ce pas ce que faisait Monsieur de Carrère en observant a propre nièce du haut de sa loge, la jugeant pour l’injure qu’elle avait fait à sa famille dans le seul but d’épouser un gueux, un moins que rien ? Une présence que Mathilde ne pouvait ignorer, une ombre qu’elle sentait planer sur elle lorsqu’il se déplaçait à ses représentations.
Plus tard, alors qu’elle se trouvait dans les loges après avoir récupéré les roses de quelques admirateurs, Mathilde reçut la visite de son oncle. Son visage, rayonnant jusqu’à lors, se ferma à la vue de cet odieux personnage dont elle se méfiait énormément. L’avarice pousse les hommes à bien des péchés et elle connaissait trop bien le défaut de de Carrère pour savoir que sa venue n’était pas juste une visite de courtoisie. « Tu as donc troqué la vie respectable que Dieu t’avait offerte pour cette vie d’exhibition et de débauche ? Quelle sotte fais-tu ! Sais-tu dans quel état était ta mère, ma chère sœur, lorsqu’elle a appris ton mariage avec ce rien du tout ? Te rends-tu compte dans quelle position tu mets notre famille à chaque fois que tu montes sur scène ? ». Sa voix était dure, son être de glace, pourtant Mathilde n’en avait cure et du haut de ses 20 ans, elle était la personnification même de la fougue. « N’avez-vous donc pas apprécié la pièce ? » demanda-t-elle d’un ton provocateur, son minois angélique trahie par la malice présente dans son regard avant de poursuivre : « Cela m’indiffère. Cette famille-ci est morte depuis longtemps à mes yeux, tout comme vous ne représentez plus rien pour moi. De fait, ce n’est pas comme si vous aviez déjà compté. Aujourd’hui seuls la troupe, mon mari et mon fils sont assez dignes pour que je les désigne avec ce qualificatif. A présent, dites-moi la raison de votre venu et finissons s’en, j’ai à faire. » Si la jeune femme savait un langage plus châtié pour s’adresser aux gens du commun dont elle faisait à présent partie, elle gardait de son adolescence un parlé soigné. « Je viens vous annoncer la mort de votre frère Robert, une chute à cheval mortelle. » Puis sans un mot, il s’éloigna, la laissant démunie face à une telle nouvelle. Ce frère qu’elle avait tant chéri, le seul de sa famille qu’elle n’avait pas haït de toute son âme et le voilà parti suite à un accident beaucoup trop bête. Mais, ce qui lui déchirait le plus le cœur, c’est qu’elle ne pouvait même pas lui dire adieu. Elle avait renié sa famille voilà plusieurs années, son deuil n’était donc plus justifié pour les siens qui la priverait de ce droit.


***



Pseudo : Eris. ◆ Âge : 20 ans. ◆ Trouvaille du forum : Sur PRD après un an de pause dans le RPG. ◆ Avis sur le forum : Très beau  :iheartu: . ◆ Le mot de la fin : J'ai hâte de vous rejoindre  :olala: . ◆ Rang souhaité : dévorante ambition
avatar
Gabrielle Morvan
la demoiselle aux fleurs
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Hector, Augustina, Roland et Marion
Célébrité : Ellise Chappell
Crédits : Typocampe
Messages : 208
Points : 45

Âge : Bientôt 17 ans, un âge où on est plus tout à fait une enfant sans être tout à fait femme, où l'on commence à faire tourner des têtes et des regards.
Métier : Domestique, elle sert aux cuisines où elle a la responsabilité d'orner les différents desserts et encas, présentés au roi et à la cour, de fleurs.
Situation matrimoniale : Célibataire



Mer 6 Juin - 23:09
Bienviendue Mathilde !
Excellent choix de PV soit dit en passant ! :foxhug:

J'ai hâte de voir comment tu vas t'approprier le personnage ! :olala:

Si tu as la moindre question n'hésites pas ! :iheartu:
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 7:15
Bienvenue par ici Mathilde ! :sheep:
Bon courage pour mettre en musique cette jolie demoiselle ! :rp:
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 8:03


Sois la bienvenue, belle Mathilde :pompom: !


avatar
Diane de Villancourt
croqueuse de diamants
Pseudo : Antiva.
Multi-compte(s) : Guilhem / Esmée
Célébrité : Jodie Comer.
Crédits : Typocampe.
Messages : 105
Points : 30

Âge : 22 ans.
Rang : Roturière, élevée grâce à l'art de l'amour et à son ambition vorace.
Métier : Courtisane, elle revendique sa liberté.
Situation matrimoniale : Si son corps est son outil, son coeur n'appartient à personne.

Jeu 7 Juin - 11:48
Mathilde, mon bébé, mon enfant, ma muse.
Je suis ravie. RA-VIE. :cil:

Bienvenue ici, et courage pour ta fiche ! Voir Mathilde en action est un merveilleux cadeau :angel:
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 15:24
Oh bienvenue belle demoiselle ! :hihi:
Bon courage pour ta présentation !
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 15:32
Bienvenue toute belle! Bonne chance pour ta fiche et j'espère que tu vas t'amuser dans merveilleux forums, remplit de fous chaleureux et gentils! Very Happy
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 19:23
Merci à vous tous

J'espère être à la hauteur de Mathilde :shock:
avatar
Roland de Guéret
capitaine
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Gabrielle, Hector, Augustina et Marion
Célébrité : Aidan Turner
Crédits : Typocampe
Messages : 72
Points : 15

Âge : 37 ans
Rang : Vicomte de Guéret.
Métier : Capitaine de police à Paris, sous les ordres du lieutenant-général de La Reynie dont il est le bras droit et un homme de confiance.
Situation matrimoniale : Veuf, il élève seul son fils depuis la mort de son épouse en couche il y a plusieurs années de cela.

Jeu 21 Juin - 12:03
Coucou ma belle !

Tu arrive au bout de ton délais initial ! Aurais-tu besoin d'un peu plus de temps pour finir ta fiche ? :iheartu:
avatar
Invité
Invité
Ven 22 Juin - 4:08
Oui, s'il vous plait, je n'ai pas eu le temps de la finir j'ai été pas mal occupée !
avatar
Augustine Delacour
poupée de porcelaine
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Gabrielle, Hector, Roland et Marion
Célébrité : Gabriella Wilde
Crédits : Typocampe
Messages : 294
Points : 10

Âge : 28 printemps.
Rang : Marquise de Mainvillier bien que ce titre ne lui revient plus de droit
Situation matrimoniale : Veuve du héro de guerre Xavier Delacour après qu'il soit tombé au combat



Ven 22 Juin - 13:14
Pas de soucis ma belle ! :iheartu:

Je prolonge ton délais jusqu'au 6 juillet ! :lick:
avatar
Invité
Invité
Ven 22 Juin - 15:31
Merci :lick:
avatar
Invité
Invité
Mar 26 Juin - 20:54
Bienvenue parmi nous !
avatar
Invité
Invité
Jeu 28 Juin - 16:33
Merci bien bel adonis :hihi:
avatar
Olympe de La Trémoïlle
belladone
Pseudo : Irina/Wild Concerto
Multi-compte(s) : Émile Maupin
Célébrité : Sarah Bolger
Crédits : Typocampe
Messages : 185
Points : 65

Âge : 20 ans.
Rang : Marquise de Listenois
Métier : Dame d'atours de Mademoiselle, herboriste à ses temps perdus.
Situation matrimoniale : Mariée à Alexis de Bauffremont.



Sam 7 Juil - 21:11
Des nouvelles? Aurais-tu besoin d'un délai supplémentaire? :)
avatar
Invité
Invité
Dim 8 Juil - 17:05
J'abuse un peu, mais oui j'aimerais un délai, j'ai bientôt terminé de toutes manières Wink
avatar
Marion Lalézarde
empoisonneuse en herbe
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Gabrielle, Hector, Augustina et Roland
Célébrité : Ashley Madekwe
Crédits : Typocampe
Messages : 170
Points : 25

Âge : 29 ans.
Métier : Apothicaire bien qu'on la dise aussi empoisonneuse et faiseuse d'anges.
Situation matrimoniale : Célibataire.



Dim 8 Juil - 17:30
Pas de problème ma belle ! :lick:

Tant que vous donnez signe de vie quand on vous relance on est aussi patiente que des agneaux ! ^^

Du coup je t'ai prolongé ta fiche jusqu'au 22 juillet, en espérant que cela te suffira ! :iheartu:
avatar
Invité
Invité
Ven 13 Juil - 22:04
Bienvenue parmi nous
avatar
Olympe de La Trémoïlle
belladone
Pseudo : Irina/Wild Concerto
Multi-compte(s) : Émile Maupin
Célébrité : Sarah Bolger
Crédits : Typocampe
Messages : 185
Points : 65

Âge : 20 ans.
Rang : Marquise de Listenois
Métier : Dame d'atours de Mademoiselle, herboriste à ses temps perdus.
Situation matrimoniale : Mariée à Alexis de Bauffremont.



Dim 5 Aoû - 22:19
Besoin d'encore un peu de temps, demoiselle? Very Happy Ne te gêne surtout pas pour demander!
avatar
Olympe de La Trémoïlle
belladone
Pseudo : Irina/Wild Concerto
Multi-compte(s) : Émile Maupin
Célébrité : Sarah Bolger
Crédits : Typocampe
Messages : 185
Points : 65

Âge : 20 ans.
Rang : Marquise de Listenois
Métier : Dame d'atours de Mademoiselle, herboriste à ses temps perdus.
Situation matrimoniale : Mariée à Alexis de Bauffremont.



Mar 21 Aoû - 20:05

J'archive ta fiche

c'est dommage
Ton délais arrive à sa fin et puisque tu ne donnes plus le moindre signe de vie, j'archive ta fiche.

Si cela n'était pas désiré, tu peux toujours poster à la suite de mon message pour demander à ce que ta fiche soit remise parmi les fiches en cours.

Merci d'avance !
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le duché de Touraine sur Wiki
» Mathilde Delbeau [Validée]
» Sounds of Life [Mathilde] -TERMINÉ
» Défis ! Mathilde x Jade
» GM di Favara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V2 :: Fiches de présentation
-