AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant

Anonymous
Invité
Invité
Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Empty
Lun 4 Juin - 19:45

Adélaïde Mézianne

Avec les loups on apprend à hurler.
Prénoms : Adélaïde Claude Hélène. ◆ Nom : Mézianne. ◆ Surnom : Aucun encore. ◆ Date de naissance : Un étouffant jour d’août 1653 dont on ne retiendra, hélas, pas la date exacte. ◆ Âge : 20 ans. ◆ Orientation sexuelle : Se pense hétérosexuelle, à défaut d'en être certaine. ◆ Situation matrimoniale : Célibataire. ◆ Métier : Femme e chambre. ◆ Religion : Catholique. ◆ Groupe : Mercure. ◆ Célébrité : Kaya Scodelario. ◆ Crédits : Pas moyen de le retrouver dans les méandres de Pinterest ...
La version longue de mon histoire ci-dessous pour ceux qui trouveront le courage de la lire, mais vous pouvez aussi vous contenter de ces quelques points que je listerai :
→ Adélaïde a grandit à la campagne mais est aujourd'hui par un heureux concours de circonstance devenue femme de chambre chez de grandes dames. Pendant son parcours elle a eu la chance d'apprendre à lire et écrire et a donc une certaine instruction.
→ Réservée elle rêve d’intégrer la cour sans véritablement se l'avouer. Son pécule ne le lui permet pas, mais peut-être qu'un mariage pourrait tout changer ...
→ Autres suivant ce qui me vient.

Histoire complète :

Adélaïde ne connut pas le luxe de grandir dans une famille noble et aisée puisqu'elle naquit en pleine campagne, enfantée par un couple de paysans. C'est de sa sœur aînée décédée deux ans auparavant qu'elle héritera son nom. Elle sera la seule des Mézianne de sa génération à ne pas périr, ce qui désolera ses parents qui prendront douloureusement conscience d'avoir une fille à doter. Sa tante, elle, sera ravie que celle qu'elle préfère à ses quatre neveux survive à sa brutale vie trop rudimentaire. Marie Massonnier, liée à Adélaïde par son paternelle, est parvenue à s'extraire de la misère au moyen d'un mariage bourgeois et n'a jamais pu s'empêcher d’espérer le même sort pour sa nièce. Les nombreuses visites qu'elle lui rendit alors que la fillette trimait dans les champs aux côtés des siens ne furent jamais anodines et elle se rapprocha d'elle plus encore que sa propre mère. Elle préserva le désir de l'éduquer convenablement sans que ses lacunes trop importantes ne le lui permettent.

Ignorant les projets de sa tante, Adélaïde évolua entourée par ses frères et manquant cruellement de présence féminine. Elle sera contrainte d'apprendre à s'endurcir pour survivre aux jeux des garçons et s'y intégrer. Si ceux-ci l'ont rejetée dans un premier temps, ils concèderont à l'accepter, ne pouvant qu'admirer sa ténacité. Ils n'ont de surcroît pu que constater qu'elle n'était en rien inférieure à eux lorsqu'ils s'agissait de travailler. Alors qu'elle n'avait que sept ou huit ans, leur mère décida néanmoins qu'il était temps de les éloigner de crainte qu'elle ne perde toute féminité. Pour pallier à ces quelques années de négligence elle lui imposera un enseignement religieux rigoureux, forçant sa docilité et sa vertu. Adélaïde continua à aimer ce Dieux en lequel elle croit fermement mais haïra l'Eglise qui la contraindra de la sorte. Elle qui était joviale, aimait se perdre dans les herbes hautes et s'amuser d'un rien devra modérer ses élans pour n'être que plus convenable. Sa solitude n'en sera qu'accrue et elle apprendra à observer le monde qui l'entoure, ne pouvant comme elle le voudrait interagir avec lui.

Elle pensera beaucoup pour se taire plus encore. Bien vite, elle fondera une opinions sur tout, et si ce n'est plusieurs. Pour autant elle ne sera pas butée et toujours prête à remettre en question ses propres raisonnements. La vérité ne s'obtient pas en un regard, ce qu'elle n'oubliera pas, remaniant perpétuellement la vision qu'elle se fait de la réalité. C'est avec elle-même qu'elle passe l'essentiel de son temps, élaborant en son esprit quelques théories et idées qu'elle ne partagera avec personne. Si son caractère humble le lui avait permit, ou peut-être avait-elle seulement besoin qu'on l'y encourage, elle aurait discuté longtemps, s'élançant en d’interminables envolées lyriques. Elle est une femme d'esprit dans un environnement qui l'empêchait d'user de son intellect.

Ses géniteurs décrétèrent à ses onze ans qu'il était l'heure pour elle de commencer à constituer sa dot. Marie s'interposera, refusant qu'elle se souilla de travaux trop ignobles qui pourraient interférer avec l'avenir qu'elle lui réservait. Elle parvint à lui obtenir une place de domestique dans une grande maison, ayant louangé sa maîtrise et son habilité. Adélaïde y rencontra Thérèse, héritière de ses employeurs, dont elle était de peu la cadette et qui se prit d'affection pour elle. Celle-ci la considéra comme son amie et décida de s'en amuser, jouant aux maîtresses en lui enseignant le plaisir de la lecture, l'art de l'écriture ou encore le jeu que c'était de composer quelques vers. Malgré sa condition Adélaïde eut le privilège d'obtenir ces savoir et les chérit ardemment. Elle s'impatientait avant chaque leçon et se nourrissant avidement de ce qu'elle y apprenait. Insatiable, elle voulait encore découvrir la peinture, la sculpture, aiguiser ses prouesses littéraires.

En 1670, Thérèse rejoignit la cour pour y retrouver son amant, prenant officiellement Adélaïde à son service à titre de femme de chambre. L'adolescente qui n'avait jamais vu un tel étalement de richesses en fut subjuguée et se noya dans ce flot de luxe. Spectatrice muette elle se contente d'admirer sans pouvoir rien connaître de tout ce qui l'entourait. L'envie peu à peu prit place en son être et elle se mit à jalouser les nobles ayant tout ce qu'ils peuvent désirer. Ce n'est pas pour autant qu'elle était mue par quelconque néfaste sentiment et n'aurait en rien prit le bien d'autrui pour dans son propre intérêt. Son grand cœur l'empêchait d'avoir la moindre volonté de nuire à qui que ce soit.

Le rêve incongru d'un jour intégrer l'élite française ne la quitta pas bien qu'elle le repoussait sans cesse. Alors qu'elle ne l'avait jamais envisagé auparavant, elle considéra l'éventualité de se marier à un noble qui lui ouvrirait les portes de ce monde doré. Ne sachant comment y parvenir et sa timidité l'indisposant pour s'adonner au jeu de la séduction, elle abandonna ce projet alors même qu'il germait en elle. Des bribes de celui-ci s'accrochaient tout de même désespérément ...

Les parents de Thérèse ne voulant pas que son comportement les mène au déshonneur, ils la marièrent à un marquis britannique sans la consulter et la jeune épouse fut donc forcée de s’exiler à ses côtés au Royaume-Uni au début de l'an 1672. La petite Mézianne restera à Paris, peu désireuse de traverser la Manche. C'est ici que nous reprenons son histoire, alors qu'elle vient de récemment retrouver une place de femme de chambre chez une grande dame. Sa vertu n'a toujours pas été entachée, et si elle craint la débauche et prend grand soin de s'en tenir éloignée, elle en est paradoxalement bien trop proche ... La pureté dont elle fait preuve ne peut être préservée alors même qu'elle aspire à changer de classe sociale. Prudence la guide, mais qu'en sera-t-il si se perdre lui permettait d'obtenir ce à quoi elle prétend ?]
Anonymous
Invité
Invité
Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Empty
Lun 4 Juin - 19:56

Mes petits liens

Que je vous attire dans ma toile ...
Alors, autant dire que je recherche de nombreux liens ! C'est parti pour la petite liste qu'on s'y retrouve un peu mieux :

→ Une femme noble qui la prendrait en grippe et resterait suspicieuse lorsqu'elle sortirait à la cour sous une autre identité ...

→ Une ou un (ou des !) domestiques, comme elle, avec lesquels partager ses joies et tracas ... Des compagnons en somme, et pourquoi pas des amis.

→ Un noble qui lui laisserait entendre qu'un potentiel mariage serait envisageable entre eux. Se joue-t-il d'elle pour profiter une nuit de sa personne ? Tombent-ils éperdument amoureux l'un de l'autre ? L'aime-t-il à sens unique, ce qui promettrait une dualité intéressante pour Adélaïde et des tourments tout aussi compliqués pour ce gentilhomme ? Ce sera à nous de le définir !

→ Un amant pour se détourner de sa quête indirecte d'un beau mariage. Jeu ou amour, ce sera encore à nous de voir ce qui nous semble le plus approprié et intéressant ...

→  Je suis ouverte à absolument tout autre idée, je mettrais régulièrement à jour alors n'hésitez pas à repasser  :uni:

Prénom Nom

Apud has gentes, quarum exordiens initium ab Assyriis ad Nili cataractas porrigitur et confinia Blemmyarum, omnes pari sorte sunt bellatores seminudi coloratis sagulis pube tenus amicti, equorum adiumento pernicium graciliumque camelorum per diversa se raptantes, in tranquillis vel turbidis rebus: nec eorum quisquam aliquando stivam adprehendit vel arborem colit aut arva subigendo quaeritat victum, sed errant semper per spatia longe lateque distenta sine lare sine sedibus fixis aut legibus: nec idem perferunt diutius caelum aut tractus unius soli illis umquam placet.

Prénom Nom

Apud has gentes, quarum exordiens initium ab Assyriis ad Nili cataractas porrigitur et confinia Blemmyarum, omnes pari sorte sunt bellatores seminudi coloratis sagulis pube tenus amicti, equorum adiumento pernicium graciliumque camelorum per diversa se raptantes, in tranquillis vel turbidis rebus: nec eorum quisquam aliquando stivam adprehendit vel arborem colit aut arva subigendo quaeritat victum, sed errant semper per spatia longe lateque distenta sine lare sine sedibus fixis aut legibus: nec idem perferunt diutius caelum aut tractus unius soli illis umquam placet.

Prénom Nom

Apud has gentes, quarum exordiens initium ab Assyriis ad Nili cataractas porrigitur et confinia Blemmyarum, omnes pari sorte sunt bellatores seminudi coloratis sagulis pube tenus amicti, equorum adiumento pernicium graciliumque camelorum per diversa se raptantes, in tranquillis vel turbidis rebus: nec eorum quisquam aliquando stivam adprehendit vel arborem colit aut arva subigendo quaeritat victum, sed errant semper per spatia longe lateque distenta sine lare sine sedibus fixis aut legibus: nec idem perferunt diutius caelum aut tractus unius soli illis umquam placet.
Anonymous
Invité
Invité
Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Empty
Mar 3 Juil - 19:27
Puis-je ? :)
Jeanne Rosières
Jeanne Rosières
la belle oubliée
Pseudo : Hachi
Célébrité : Lily James
Crédits : Coatlicue
Messages : 59

Âge : 26 années
Rang : Roturière
Métier : Dame de Compagnie & Co
Situation matrimoniale : Célibataire qui vient de faire une rencontre

Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Tumblr_inline_om0jmg42GV1t80jpm_400

Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Empty
Sam 11 Aoû - 11:11
Amie femme de chambre ? Lorsque Jeanne se rendra à la cour ? :eyes:

_________________
       
       
Jeanne Rosières
What lies behind us and what lies ahead of us are tiny matters to what lies within us.
~Ralph Waldo Emerson~
Contenu sponsorisé
Adélaïde Mézianne ◆ Pureté d'un instant Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» Aegis ou la pureté qui n'a aucune limites...
» Le test de pureté [Âme sensible s'abstenir]
» La fragilité du diamant est d'une infinie pureté (Privé)
» Test de pureté (vierges effarouchées s'abstenir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V2 :: Fiches de liens
-