AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RÉ-OUVERTURE DU FORUM !!! Soyez tous les bienvenus !

Nous sommes en avril 1672, la Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

 Gabrielle Morvan ◆ La demoiselle aux fleurs

avatar
Gabrielle Morvan
la demoiselle aux fleurs
Pseudo : Typocampe
Multi-compte(s) : Hector de Lestrange
Célébrité : Ellise Chappell
Messages : 172

Âge : Bientôt 17 ans, un âge où on est plus tout à fait une enfant sans être tout à fait femme, où l'on commence à faire tourner des têtes et des regards.
Métier : Domestique, elle sert aux cuisines où elle a la responsabilité d'orner les différents desserts et encas, présentés au roi et à la cour, de fleurs.
Situation matrimoniale : Célibataire



Lun 7 Mai - 19:39

Gabrielle Morvan

la demoiselle aux fleurs
Prénom : Gabrielle. ◆ Nom : Morvan. ◆ Surnom : Gaby. ◆ Date de naissance : le 5 mai 1655. ◆ Âge : 17 ans. ◆ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. ◆ Situation matrimoniale : Célibataire. ◆ Métier : Domestique, elle sert aux cuisines où elle a la responsabilité d'orner les différents desserts et encas, présentés au roi et à la cour, de fleurs. ◆ Religion : Catholique. ◆ Groupe : Mercure. ◆ Célébrité : Ellise Chappell. ◆ Crédits : Typocampe.
Pardonnez-moi, je cherche à me rendre dans les jardins, le roi y organise ce soir une fête superbe mais avec tous ces déménagements, je suis totalement perdu quelque soit le lieu où je me trouve ! Pourriez-vous m'aider ma chère ? Bien sûr Monsieur, vous trouverez votre destination au bout de ce couloir... Il est vrai qu'avec tous ces déplacements, cela peut- vous être un peu désorientant... Merci ! Je ne saurais vous exprimer toute ma reconnaissance. Mais, vous qui m'êtes d'une aide si précieuse, saurez-vous me dire où je puis trouver quelqu'un capable de m'aider dans une affaire délicate ? Gabriel de La Reynie s'est montré si zélé qu'il nous a assurément privé de certains services que ces diables pouvaient nous rendre. Je suis navrée Monsieur, mais je ne saurais vous répondre, j'ignore qui est ce Gabriel de La Reynie dont vous faites une si glacial éloge... D'ailleurs, en parlant de service, vous me semblez des plus agréables... Peut-être pourriez-vous m'en rendre un ? Non Monsieur... Pardonnez-moi, mais vous devriez sans doute retrouver les festivités plutôt que de vous égarer... Si vous me le permettez, j'ai encore à faire...
Ceci est l'histoire d'un petit coquillage porté par la houle. Habité à mainte reprise, il accueillait les plus jeunes mollusques mais hélas il était si petit que toujours, on finissait par le quitter. Alors, poursuivant son chemin à travers les océans, bravant les tempêtes, échappant aux prédateurs marins et mené par les courants, il glissa finalement sur le sable fin d'une plage, déposé là par l'écume étincelante. Et au soleil, toute sa beauté fut enfin remarquée. Ramassé avec délicatesse, on en fit bientôt un bracelet dont il demeurait le joyaux.
Ce bijou orne désormais le poignet délicat d'une jeune fille. Une jeune fille dont, je crois, il est temps de vous narrer l'histoire.


Tout commença par un jour ordinaire où le jeune Guilhem de Gassion, dont vous ferez prochainement la connaissance, avait une nouvelle fois échappé à sa nourrisse et gouvernante. La pauvre femme, ronde comme un fruit mûr, courrait désespérément après le garnement quand elle se figea, transpercée par une pointe de douleur. Cette première contraction, provoquée par l'effort, fut suivie d'une autre et d'encore une autre. C'est ainsi, que finalement, à l'issu d'un travail de plusieurs heures, une petite fille vint au monde, une petite fille que l'on prénomma Gabrielle.

◆ ◆ ◆

En cette nuit d'été, l'orage grondait au dehors. On entendait le tonnerre déchirant et les vagues déchainées s'écrasant non loin sur les rochers. On voyait de violents flash de lumière illuminer la chambre. Guilhem de Gassion, jeune maître des lieux, dormait pourtant profondément. Et il aurait sans doute dormi comme un loir jusqu'au matin si la porte ne s'était pas ouverte pour laisser entrer une petite fille. Âgé de quatre ans, le poupon vêtu d'une chemise de nuit s'approcha du lit avant de tenter d'y grimper, appelant l'adolescent de dix ans son aîné.

« Guilhem... ? Guilheeeemeeuh... J'ai peur... Je peux dormir avec toi ? »

Le grognement qui lui répondit l'encouragea et elle insista encore un peu, jusqu'à ce que le le jeune garçon se redresse et prenne sa main pour l'aider à se hisser sur le haut matelas. Alors la fillette vint se lover contre son torse comme cela était si souvent arrivé déjà par le passé. Et le jeune seigneur, bien que ronchon d'avoir été arraché à son sommeil passa un frêle bras protecteur autour d'elle sans la houspiller une seule seconde. A la réflexion, c'était compréhensible, sa chambre, qu'elle partageait avec ses parents, était dans les combles où l'orage faisait un terrible raffut. Ainsi, sans le moindre doute, cette petite fille, enfant unique de sa gouvernante et de l'intendant de son domaine, soeur de lait, fut la première femme à partager son lit à cet âge où les garçons pense à attirer dans leurs draps une toute autre catégorie de créature féminine et dans un tout autre but que de les rassurer.

◆ ◆ ◆

Les années passèrent et se succédèrent ainsi, Gabrielle Morvan grandissant comme si elle était la sœur du jeune seigneur, à la surprise de tous. Mais un beau jour, attiré par les armes, Guilhem quitta la demeure bretonne pour gagner Paris. Cette séparation fut difficile, surtout pour la jeune fille qui perdait là son plus cher ami. Elle avait alors dix ans à peine et n'était qu'une enfant.

Mais à chacune de ses visites, le jeune mousquetaire la retrouvait changer, plus femme, plus belle. Elle avait fini par prendre un poste de domestique dans la maison bien que toujours et encore privilégiée par rapport à d'autres du fait de ses parents qui la couvraient d'attentions. Elle passait ainsi beaucoup de temps sur la plage et dans la campagne environnante, flânant naïvement dans le village. C'est lors d'une de ses innocentes balades qu'elle rencontra, récemment, un vagabond, un jeune homme qui, si séduisant, n'était pas le moins du monde recommandable. Mais elle s'en moqua et lui ouvrit son coeur... Avec pour seul gage de sa sincérité qu'un bracelet de coquillage qu'il lui avait offert. Mais un jour, cette idylle innocente prit soudainement fin.

◆ ◆ ◆

Alors qu'elle rentrait tout juste, Gabrielle se retrouva nez à nez avec son père furieux et sa mère inquiète. Ne comprenant pas de quoi il pouvait bien s'agir, elle regarda le soleil, trop haut encore dans le ciel pour qu'ils ne se soient fait un quelconque mouron pour elle. Non, c'était autre chose.

« Je t'ai vu Gabrielle. Je t'ai vu avec ce misérable ! »

En se mordant la langue, elle regarda son père qui visiblement n'approuvait pas le moins du monde cette affection qu'elle pouvait porter à l'étranger. Une longue discussion commença alors, une leçon de morale comme on ne lui en avait jamais fait, accompagné de mise en garde envers les hommes. Et elle put tenter de se défendre, de les faire changer d'avis à l'égard du malheureux. Rien n'y fit. Elle en vint même à douter elle-même de cet amour qu'il lui avait porté et si elle en fut blessée, cela ne fit pas fléchir ses parents. Ils lui avaient ici donné un toit, et veillé sur elle de la meilleure des manières, ils en étaient convaincus. Ce n'était pas pour qu'elle gâche tout. Alors, il fallut prendre une décision.

« Ton oncle travaille aux écuries du Roy. Il te trouvera une place de domestique à la cour. Tu pars dès demain. »

◆ ◆ ◆

Ainsi, dès le lendemain matin, sans avoir eu le temps de dire au-revoir à ce premier amour, elle laissa derrière elle sa Bretagne natale pour gagner Paris où en effet, son oncle lui avait trouvé une place de domestique, plutôt confortable : Elle serait en charge de la décoration des plats du roi qui les aimait aménagé de fleurs... Et son travail apprécié lui valu assez rapidement le sobriqué de la "demoiselle aux fleurs"
Pseudo : Typocampe. ◆ Âge : 23 ans. ◆ Trouvaille du forum : Au cœur de mon esprit puisque je l'ai imaginé puis créé. ◆ Avis sur le forum : Je ne suis très certainement pas objective mais je le trouve merveilleusement parfait ! ◆ Le mot de la fin : Je vous aime ! ◆ Rang souhaité : La demoiselle aux fleurs.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Visages barbouillés de fards
 :: Le registre des naissances :: Fiches validées
-