AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Nous sommes en avril 1672.
La Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

Event 1 : Les plaisirs de la fête.
Une fête somptueuse a lieu en ce moment à Versailles ! Il faudrait être fou pour manquer cela !

 Intrigue n°2 - Bas les masques !

avatar
Deus Ex Machina
Compte fondateur
Messages : 119
Points : 15

Dim 4 Fév - 16:02

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
Septembre 1667

Le froid s’est emparé la capitale, la fraîcheur automnale gagnant petit à petit les rues de la basse-ville jusqu’au palais du Louvre abritant la famille royale. La nuit est tombée depuis une heure déjà, et malgré cela la noblesse est de sortie, se dirigeant dans des belles voitures vers le 36 rue des Tournelles où Ninon de Lenclos tient salon. Femme d’esprit, libre, amante d’hommes puissants, elle ouvre ce soir ses portes pour un bal masqué aux allures somptueuses. Hommes et femmes d’importances s’y pressent donc pour pouvoir apercevoir la célèbre courtisane, et se délecter des plaisirs de la fête, chacun ayant revêtu ses plus beaux atours dans l’espoir de s’y faire remarquer.

L’entrée est ornée de flambeaux, éclairant la voie jusqu’à la porte immense de l’hôtel particulier. Des valets ont été engagés en renfort pour le service, et des musiciens animent la soirée sur les derniers airs à la mode. Tout ici est réuni pour contenter tous ces célèbres invités : nobles, soldats, hommes de lettres… mais aussi invités indésirables. En effet, quelques membres de la cour des miracles se sont infiltrés parmi les invités et valets de la soirée, attendant le moment de frapper. Cette fête, c’est l’occasion pour Jean Sansdieu de faire un coup d’éclat, terrifier la noblesse parisienne, et réaffirmer sa toute puissance sur Paris, sa demeure et son royaume.

Alors que la fête commence, mais méfiez-vous, car la cour des miracles peut frapper à tout instant…

Règles de vigueur lors de l'intrigue

◆ Cette intrigue est ouverte à tous les groupes du forum !
◆ Afin d'optimiser la fluidité de l'intrigue nous vous demanderons de privilégier les réponses courtes, maximum de 500 mots.
◆ Il n'y aura pas d'ordre de réponse, faites au gré de votre inspiration !
◆ Il n'y aura pas d'ordre de réponse, faites au gré de votre inspiration !
Deus Ex Machina pourra intervenir à n'importe quel moment pour faire avancer les choses.
avatar
Invité
Invité
Mar 6 Fév - 10:49

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
Cette occasion en était une très belle pour les Mecquenem. Fête splendide donnée par une femme de grande réputation ; ces deux choses-là ne coïncidaient que trop bien avec l’envie d’ascension de ce couple récemment anobli qui, par conséquent, s’était rendu au bal sans la moindre once d’hésitation, voir même avec une certaine excitation qu’ils ne se dévoilaient qu’à l’un l’autre.

Reposant avec légèreté au bras de Philippe, Sophie découvrait, en même temps que de nombreux autres convives, la somptuosité du lieu de réception. Tout avait été mis en œuvre pour l’épanouissement des convives, et déjà, la musique de chambre et de danse résonnait entre les murs de l’hôtel particulier de la rue des Tournelles.
Tous étaient parés de fastes et de masques, et la jeune comtesse n’y faisait pas exception. Elle avait revêtu une robe d’un rouge intense bien que loin d’être fade -les couleurs automnales lui seyaient particulièrement bien, et elle ne voyait pas de meilleure occasion à laquelle revêtir cette tenue qui se trouvait être un des derniers cadeaux de Philippe. La robe était ornée de dorures et de pierreries à son col ouvert et à ses manches courtes, ce qui, allié à la dentelle finement tissée venant alléger l’ensemble, ne pouvait que mettre en valeur la fine grâce de la jeune Sophie dont l’atout principal, son regard d’une leur inexplicablement pétillante, était pourtant caché par un voile fin et soigneusement arrangé sous la forme d’un masque orné de quelques plumes teintes de diverses nuances de roux, contrastant ainsi avec sa chevelure sombre, elle aussi arrangée avec soin.
Alors qu’elle s’enfonçait petit à petit dans la foule s’adonnant déjà à d’assourdissantes conversations aux rires éclatants, Sophie se pencha légèrement, tout juste assez pour se faire entendre de Philippe et dit, tandis que ses yeux scrutaient avec attention tout ce qui défilait autour d’eux :

— Sans que je puisse te dire de quoi il s’agit, il me semble que cette fête annonce quelque chose de particulier. N’as-tu pas la même impression ?

Elle parlait d’un ton léger, mais ses propos étaient sérieux. Sophie s’adaptait à l’ambiance des lieux, voilà tout. Un brin de rire résonnait aux coins de chacun de ses mots, puisqu’elle parlait avec un sourire persistant et, somme toute, parfaitement charmant.
avatar
Invité
Invité
Mar 6 Fév - 16:03

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
Un bal, une réception, la grande noblesse présente ainsi que tous les favoris du moment, le tout organisé par nul autre que la courtisane la plus en vue de Paris. Si les salons qu’elle tenant d’ordinaire étaient plutôt ces rencontres de lettres et d’intellect, aujourd’hui la musique présente et les masques portés laissaient croire à des airs de fête. Nouveau riche et nouveau Comte, Philippe n’avait jamais été invité à ces soirées, alors il se délectait d’entrer enfin dans le domaine de celle dont, disait-on, même le Roi prenait conseil.

À son bras Sophie était resplendissant dans la magnifique robe rouge qu’il lui avait offerte. Lui était vêtu presque entièrement de noir, fidèle à ses habitudes. Mais le velours et la soie venaient créer de subtiles textures à ses ensembles qui les rendaient sommes toute luxueux. La chemise blanche de coton finement brodées de détails noirs qui dépassait d’un gilet entrecoupé de doré étaient les seuls éléments contrastant. Ses mains scintillantes, presque chaque doigts décoré de bagues en or, et le masque qu’il soutenait d’une main devant ses yeux, se voulant la représentation d’un loup.
Ni l’un ni l’autre n’étaient réellement méconnaissable, et leurs parures criaient la richesse dans laquelle ils baignaient en ces jours. Ils n’étaient pas nés ni riche ni nobles, aussi ne jouaient-ils pas vraiment dans la subtilité ; ils voulaient se faire voir et assurer leur position.

Philippe balayait la foule déjà nombreuse du regard, cherchant des silhouettes familières, découvrant celles qu’il croyait valoir la peine de s’intéresser, lorsque Sophie se pencha pour lui glisser quelques mots. « De particulier? » Pourquoi devait-elle toujours analyser plus que nécessaire toutes les situations? Ne pouvait-elle pas simplement profiter d’une fête sans se soucier de toutes les probabilités? Philippe haussa les épaules, détachant son bras du sien. « J’ai simplement l’impression que c’est l’occasion parfaite de se faire voir et de nouer de nouvelles relations. » Un sourire forcé, légèrement agacé, étira ses lèvres. Sophie était certes bien meilleure que lui lorsqu’il s’agissait de se parer d’un visage cachant ses vraies émotions. « Tiens, pourquoi n’irais-tu pas trouver moyen de nous introduire à Madame de Lenclos ? » Déjà il s’était légèrement détourné, cherchant du regard un visage connus ou à tout le moins une coupe à boire.
Ah, des deux Sophie était certainement la plus prudente ! Philippe était bien trop insouciant pour se parer d’un tant soit peu de prudence lors d'une telle soirée…
avatar
Invité
Invité
Jeu 8 Fév - 6:52

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles

Belladone se préparait à ce qui serait l’une des plus belles fêtes à laquelle elle allait participer. La plus belle qui était en réalité surtout la première. A la Cour des Miracles, parfois il y a avait des fêtes mais ce n’était pas pareil. De celle-là, le tut Paris en parlait et ce depuis longtemps. « La belle Ninon de Lenclos organisera une fête à l’Hôtel des Tournelles. » voilà ce que ses comparses disaient tous. Et la fille du Traqueur avait bien décidé d’aller voir par elle-même de quoi il en retournerait. Alors elle avait revêtu une robe bleue, une robe que sa mère avait confectionnée pour elle, pour son mariage qu’elle disait, dommage elle ne le verrait jamais. Elle prit ensuite le masque qu’elle s’était fait elle-même aidée de ses frères et se regarda dans l’eau scintillante du pot qui lui servait pour faire sa toilette.  Un petit sourire se dessina au coin de ses lèvres. Elle avait sans aucun doute l’air ridicule habillée de la sorte mais qu’importe. « Père, vous viendrez ? J’suis certaine que cela est une occasion en or pour nous autres. » souffla-t-elle en jetant un coup d’œil à ce que faisait son père Diego.

Puis à la nuit tombée, Bella sortit de sa cachette dans les rues de Paris et se dirigea vers l’hôtel particulier de la belle Ninon. A l’aide de quelques gens du peuple et des membres de la Cour des Miracles embauchés comme valets, elle se faufila en douce à l’intérieur du lieu. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise en découvrant les décors. Ne se sentant toute fois guère à sa place, elle entreprit de raser les murs. Après tout ce n’était pas son milieu même si elle avait pris l’habitude de côtoyer quelques nobles Dames comme la Comtesse de Dreux. D’ailleurs elle se demandait où Madame Henriette pouvait bien se trouver. Un instant son regard se posa furtivement sur un couple qui venait de se séparer. La femme quittait le bras de son cavalier et sûrement bien plus. Bella détourna le regard et reporta son attention sur tout le reste. Surtout ne pas se faire remarquer pensa-t-elle. Après tout elle n’était pas réellement invitée aux festivités de Ninon de Lenclos. Elle aurait peut-être mieux fait de rester dans son trou surtout qu’elle ne reconnaissait aucun autre miraculé mis à part les valets qui l’avaient aidée à entrer. Il faut dire qu’avec ces masques c’était pas dès plus pratiques non plus.
avatar
Invité
Invité
Ven 9 Fév - 0:03

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
Un valet portant un plateau rempli de coupes pleines passa devant lui. Philippe l’arrêta, attrapa deux verres, un premier qu’il calla d’une grande gorgée et redéposa sur le plateau avant de continuer à marcher la deuxième coupe à la main. Rien de mieux pour se remettre dans l’ambiance.

Il avait laissé Sophie un instant. Il la retrouverait bien plus tard, pour lui présenter quiconque il rencontrerait d’intéressant ou alors lui proposer une danse. Si Philippe était rapide à se laisser porter et envahir par ses émotions, parfois jusqu’à en être impulsif, il n’était aussi pas le genre de personne à porter rancune. Une fois les idées changées, c’était tout juste comme s’il ne portait plus même souvenirs aux événements qui auraient pu le frustrer ou l’irriter.

Alors qu’il balaya la foule du regard, un visage qui lui était inconnu attira son attention. Une jolie jeune femme qu’il ne lui semblait pas avoir déjà croisé. Si dans sa belle robe bleue elle se fondait aisément dans la masse de convives, il lui semblait toutefois qu’elle dégageait quelque chose de différent. Il n’aurait su dire quoi exactement, mais cette prestance singulière qu’elle semblait porter l’attira et ses pas le portèrent vers elle. Tenant d’une main son masque devant ses yeux, de l’autre toujours sa coupe, il s’inclina légèrement en guise de salutation. « Mademoiselle. » Peut-être était-ce le masque qui lui jouait des tours, mais il n’arrivait à la lier à personne. Ah, si elle était la fille d’un quelconque Marquis ou Duc alors elle ne portait pas de ressemblance à ses parents. Mais il arrivait aussi bien souvent qu’on envoie les jeunes filles poursuivre leur éducation dans les Cours des pays voisins. Alors peut-être était-cela? Peut-être revenait-elle tout juste ou bien était-elle encore fraichement arrivée, ce n’en était pas si inhabituel. « Je ne vous ai jamais croisée à la Cour, mais peut-être je me trompe? » Son ton était revenu jovial, mielleux, charmeur.
avatar
Invité
Invité
Sam 24 Fév - 15:16

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles

La fille de la Cour des Miracles se collait au mur. Elle était si proche qu’elle aurait pu s’y fondre. C’était peut-être ce qu’elle souhaitait finalement. Elle ne savait. Et puis elle ne connaissait personne ici. Pas la moindre trace de la Comtesse Henriette de Dreux. Elle aurait aimé la voir. Au moins cela aurait été un visage connu parmi toute cette foule. Elle prit un verre sur un plateau d’un geste élégant imitant les autres convives. Elle ne devait pas faire tâche parmi eux si elle ne voulait pas se faire repérer et mettre à la porte ou pire. Elle déglutit lentement alors que l’image de la pendaison de sa mère lui revenait à l’esprit.

Soudain, un homme s’approcha d’elle et s’inclina devant elle. Il lui donna du « Mademoiselle » et Bella, derrière son masque ouvrit de grands yeux.  Il faut dire qu’elle n’avait pas l’habitude qu’on l’appelle ainsi.  Alors elle mit un certain temps avant de ne répondre un petit sourire peu assuré sur les lèvres. « Mon… Monsieur » fit-elle finalement en tentant une révérence un peu gauche. Déjà qu’elle n’était pas habituée à porter de telles robes, adopter l’attitude de toutes ces femmes d’un rang qu’elle n’aurait jamais… Puis l’homme lui fit remarquer qu’il ne l’avait jamais vu à la Cour. Bella sentit un frisson de peur parcourir son corps. Elle ne devait pas se faire démasquer, surtout pas. Elle devait trouver une parade, un mensonge, n’importe quoi tant que cet homme gobait l’histoire. Très vite, elle se mit à réfléchir à la solution la plus cohérente. Elle inspira bien fort et expira lentement. « Je… je viens de la campagne. Je n’étais encore jamais venue à la Cour. C’est pour cela Monsieur. » répondit enfin la jeune femme. Elle sourit telle une poupée et reprit. « Vous étiez accompagniez si je ne me trompe pas. » Bella avait enfin remis sa mémoire en place et venait de se rappeler que l’homme n’était nul autre que celui qui formait le couple qu’elle avait vu un peu plus tôt. « Auriez-vous délaissé votre amie ? » demanda la jeune miraculée.
avatar
Invité
Invité
Lun 26 Fév - 21:44

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
De la campagne ! Voilà donc pourquoi il ne l’avait pas croisée à la Cour.

Ah, que ce devait être excitant alors, d’être ici pour la toute première fois, dans ce tourbillon de richesses, de musique, de soie et de velours. Loin des grands champs, du soleil qui brûlait l’herbe, des bêtes et des fleurs, se retrouver ici, dans la grande ville, avec ces maisons qui se chevauchaient et créaient ce dédale de petites ruelles. Philippe avait ce souvenir vif à l’esprit de la première fois qu’il avait passé les grandes portes d’une soirée réservée à la noblesse. S’efforçant de cacher ses yeux agrandis, impressionnés pas le faste dégagé par tout entier. On s’y habituait rapidement. On s’habituait rapidement à ce luxe et cette abondance, et on devenait choqué quand on quittait ce monde pour se promener dans les ruelles sombres de la basse-ville.

S’il était accompagné? « Oui ! Ma femme, la comtesse de Mecquenem. » Son regard quitta la jeune fille un instant pour se perdre parmi le flot de convives. Il ne mit que quelques secondes avant d’y repérer Sophie ; c’est que dans sa sublime robe d’un rouge intense elle se démarquait aisément de toutes ces femmes. Un sourire étira ses lèvres. Il avait déjà oublié l’instant précédent où elle l’avait frustré de ses remarques trop sérieuses ; à présent il se plaisait de l’attrait qu’elle représentait, il se plaisait de se qu’elle dégageait, mais surtout, il se plaisait qu’elle lui appartienne, qu’il puisse dire qu’elle était arrivée à son bras. « N’est-elle pas jolie? » Il  avait ramené son regard sur la nouvelle, et quand elle lui demande s’il l’avait délaissé, il haussa les sourcils un moment. L’effluve d’un rire caressa sa voix, alors qu’il rassura : « Oh, j’irai bien la retrouver plus tard pour une danse. »

La musique avait changée. Un air plus rythmé avait pris la place de la douce mélodie qui jusqu’alors avait empli la pièce. Dans la grande salle déjà des couples se formaient et les partenaires enchainaient les pas. Philippe déposa sa coupe sur le plateau d’un domestique qui passa à ses côtés et attrapa la main de la jeune femme, ses doigts se mêlant avec les siens. Sans lui laisser le choix, il l’entraina avec lui, loin des murs contre lesquels elle semblait vouloir se confondre, en plein coeur de l’action, en plein coeur de cette grande piste de danse en perpétuel mouvement. « Vous devez venir danser avec moi ! »
avatar
Invité
Invité
Jeu 15 Mar - 13:37

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
L’homme était donc marié, dommage pensa la jeune demoiselle en se mordant la lèvre inférieure. Elle ne devait penser ainsi, Bella le savait pertinemment. Alors elle s’empressa de penser à la Vierge Marie. La mère de Jesus Christ devait l’empêcher de faire une chose irréparable et impardonnable. Les yeux de la demoiselle suivirent ceux de l’homme qui voguèrent jusqu’à sa femme. Une ravissante jeune femme qui semblait parfaitement dans son élément au milieu de tous ces invités masqués. Elles étaient bien différentes l’une de l’autre et la fille de la Cour des Miracles se trouvait bien ridicule comparée à la femme de celui qui était venu jusqu’à elle. « Elle est effectivement très jolie, Monsieur. Le rouge lui va très bien. » ajouta-t-elle en souriant. Bella commença à tomber le masque et elle se demandait si cela était bien une bonne idée. Mais l’homme était des plus charmant et la jeune demoiselle n’arrivait plus à jouer et à se méfier de lui.

L’époux rejoindrait sa femme plus tard pour une danse. Fort bien pensa la fille de Paris. Mais il pouvait très bien lui accorder une danse tout de suite. Après tout, son épouse devrait bien plus compter pour lui au contraire d’une jeune fille qu’il ne connaissait pas et qui plus est, lui mentait outrageusement. Mais de cela il ne savait rien. Puis la musique changea et là, Bella eut réellement envie de s’encastrer dans le mur qui se trouvait derrière elle. L’homme venait de lui prendre la main pour l’entraîner au cœur des couples de danseurs qui se formaient et se défaisaient sans cesse. « Quoi… Non… attendez… » fit-elle alors qu’elle ne se dégageait pour autant de son emprise. « Oh Marie protégez-moi. » souffla la jeune femme en priant la Vierge. Elle commença à se laisser guider par l’homme mais elle se trouvait si ridicule qu’elle en aurait presque envie de pleurer. « Je… je suis désolée. Je ne sais pas bien danser, Monsieur. » fit-elle un peu honteuse. En réalité, elle savait danser, mais les danses qu’elle avait l’habitude de danser étaient bien loin de celles pratiquées ici.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» Les Masques Du Destin
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V1.1 et V1.2
-