AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Nous sommes en avril 1672.
La Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

Event 1 : Les plaisirs de la fête.
Une fête somptueuse a lieu en ce moment à Versailles ! Il faudrait être fou pour manquer cela !

 Dario "Le Rouge"

avatar
Invité
Invité
Mer 17 Jan - 22:58

Dario "Le Rouge"

“On ne va pas mendier sa liberté aux autres. La liberté, il faut la prendre.”
Prénom(s) : Dario. ◆ Nom : Le Rouge, surnom hérité en raison de sa cruauté et de ses méthodes d'assassinat, particulièrement sanglantes. ◆ Date de naissance : 1633. ◆ Age : Trente-quatre ans. ◆ Origines : Bohémien, né aux portes de Paris dans le clan familial. ◆ Orientation sexuelle : Hétérosexuel, bien qu'il ai goûté l’homosexualité dans les galères avec les passe-gavette. ◆ Situation matrimoniale : Libre. ◆ Métier : Ancien pirate, assassin, chef de sa propre bande de bohémiens. ◆ Religion : Il y a longtemps qu'il ne croit plus en grand chose. ◆ Groupe : Les Miraculés. ◆ Célébrité : Michiel Huisman. ◆ Crédits : Coatlicue & Tumblr.
Eh toi ! Mon tout beau, qu'est-ce qui t'amène par ici à une heure pareille ? À une heure pareille? Mais vous'êtes qui donc? Tout Paris rode ici l'soir, c'vous qui sortez pas souvent faut croire... C'est qu'il serait regrettable qu'il arrive malheur à un si charmant visage ! Oh que j'aimerais parfois être un homme, avoir votre force, votre courage... Mais tiens donc toi l'audacieux, si tu te retrouvais face à deux hommes en voulant à ta vie ou à ton argent, que ferais-tu ? Quel argent? Et pis des hommes qui'en veulent à ma vie, c'pas deux qu'vont m'faire trembler. Ç'peut que quand j'les laisse là, j'aurai r'peint l'sol en rouge... Ah en voilà un gaillard ! D'ailleurs, mon mignon, c'est que j'en vois passer des visages aussi charmants que le tien mais je ne me souviens pas de toi. Tu viens souvent par ici mon grand ? Je ne sais pas, on pourrait penser que tu nourris de vilaines intentions. Que j'nourris de vilaines intentions. Tu penses quand même pas qu'j'suis ici pour lécher l'cul du Roi. T'm'as r'gardé ou quoi?
« Veilles sur tes frères, et qu’ils veillent sur toi à leur tour. Vous devez vivre, et leur faire payer ce qu’ils font aux nôtres. » Les mots résonnaient encore à ses oreilles, comme s’ils venaient tout juste d’être prononcés. Pourtant voilà près de 20 ans que cette soirée eut lieu. Mais il s’en rappelait encore, il s’en souviendrait toujours. Contrairement à sa sœur, qui semblait en avoir tout oublié…

Dario n’avait que 15 ans quand il fut condamné aux galères aux côtés de son père et d’un de ses frères. Il était alors un jeune homme encore insouciant et plein de rêves. Peu importe quel rêves puisse entretenir un gamin ayant grandi dans l’infamie d’un statut de bohémien et vagabond. Il n’avait certes pas rêvé d’échanger sa liberté tant prisée pour des chevilles enchainées à un banc et l’uniforme rouge tant distinctif du prisonnier galérien. Pourtant il se retrouva là, à ramer, de longues heures durant, ses muscles et son corps s’endurcissant tout comme la haine qu’il portait pour le Roi et la justice française. Il assista impuissant au décès de son frère, emporté par la fièvre ou quelconque autre maux, lors de l’épreuve de la chaine. Et lorsqu’il s’opposa d’un courage stupide à la bastonnade son père, il fût condamné à cinquante coups. Il perdit conscience passé trente, et ne reprit ses esprits que plus tard à la vive brûlure du vinaigre contre ses plaies. Son père était mort, sous les coups du chat à neuf queues, son corps déjà jeté aux poissons.

Cinq longues années s’écoulèrent pendant lesquels il entretenu vivement l’idée de leur faire payer cher le meurtre de son père. Mais Dario n’était pas con et là où sans patience un autre aurait tenté sa chance il attendit. Il rêvait du sang coulant à flot de ces meurtriers, et il voulait vivre encore par la suite pour venger son frère, pour venger sa famille. Le temps vint finalement alors qu’ils se firent attaquer par un vaisseau pirate dans les eaux d’Espagne. Il profita de la cacophonie pour étrangler l’argousin à même la chaîne qui l’empêchait de s’enfuir, avant de de se déprendre de ses geôles et venir trancher la gorge du comité. « Il est’à moi », qu’il grogna à un pirate qui s’apprêtait à le faire avant lui.

Et ainsi il passa de galérien à pirate. La vie de pirate aurait été une dans laquelle il aurait pu s’y plaire jusqu’à en mourir. Il s’était habitué à la dureté de la vie en mer et les escales en Roi aux ports, après des frappes particulièrement fructueuses, étaient de la plus douce extase. Mais un soir, un nom prononcé changea tout. « J’étais dans la bande de l’Égyptienne, Esmée là, avant qu’la police débarque pis que » « Esmée l’Égyptienne qu’t’as dit? » Un hochement de tête confirmant l’info et il avait continué son charabia. Dario avait déjà cessé de l’écouter. Plus rien d’autre ne comptait, sa sœur était vivante. L’excitation de cette nouvelle ne dura guère longtemps. Rapidement elle se transforma en colère, en rancune viscérale. Celle qui en avait eu la possibilité, libre dans le Paris où les destructeurs de leur clan, de leur famille, régnaient, semblait avoir oublié la promesse faite à leur père.

Quand il quitta la piraterie pour rejoindre Paris, quelques années plus tard, c’était toujours dans cet esprit de vengeance. Il n’acceptait pas que sa sœur favorite semblait les avoir tous renié pour régner en maitre dans la milice du chef-coësre. Mais le retour dans la capitale prit du temps. Un temps qu’il mit à profit en se forgeant sa propre bande de bohémiens qu’il dirigeait un peu à la manière des pirates, adaptant la chasse-partie à leur mode de vie de nomades sur terre. S’ils furent quelques-uns à le suivre au tout début, c’est quand il passa par Marseille, port de vie des galériens, que le compte de sa bande s’agrandit réellement. Passé lui-même par-là, il se fit une vendetta personnelle d’en libérer plusieurs. Anciens pirates, galériens échappés, sa bande était cet amalgame éclectique d’hommes que les nations et la justice avaient désavoués. Leur liberté comme un fil tendu sur lequel ils dansaient, ils avaient pour la plupart goûté aux eaux glacées bien en dessous et n’avaient pas l’intention d’y replonger. Plutôt la mort.

Et quand ils rejoignirent finalement la cour des miracles, il n’était plus simplement Dario. Dario Le Rouge, qu’on le surnommait à présent. Un homme cruel et animé de cette colère tranquille. Des assassinats bien loin des délicatesses, et une liberté durement acquise qu’il ne laisserait par personne s’échapper.

Pseudo : Shark. ◆ Âge : 26 ans. ◆ Trouvaille du forum : Multi-Compte. ◆ Avis sur le forum : Must be good if I duplicate. ◆ Le mot de la fin : That's it folks.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V1.1 et V1.2 :: Personnages :: Présentations validées
-