AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Nous sommes en avril 1672.
La Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

Event 1 : Les plaisirs de la fête.
Une fête somptueuse a lieu en ce moment à Versailles ! Il faudrait être fou pour manquer cela !

 Un prêté pour un rendu {Da-Xia Lee}

avatar
Invité
Invité
Dim 7 Jan - 12:21

Un prêté pour un rendu

Sarah Mercier & Da-Xia Lee
Cette journée aurait pu être comme toutes les autres pour la jeune couturière. Comme à son habitude, elle se serait levée tôt pour rejoindre son travail, y conseiller des clients et coudre de nouvelles robes toutes plus resplendissantes les unes que les autres, et dont elle ne pourrait jamais espérer pouvoir y goûter de sa vie. Mais aujourd’hui, elle avait réussit à obtenir une journée beaucoup plus tranquille chez elle, en compagnie de son fils. Sarah ne devait bien évidemment pas chômer et se devait d’avancer dans ses différents travaux, mais pouvoir être auprès du seul être qui comptait plus que tout à ses yeux au lieu d’être enfermée toute journée dans une boutique avait quelque chose de beaucoup plus plaisant. Par chance, sa patronne devait se rendre auprès de sa mères souffrante, laissant à sa seule employée un instant de répis. Une certaine confiance c’était installée entre elles, mais pas assez pour laisser entre les mains de n’importe qui les clé de son commerce, et cela n’était pas sans déplaire à la maman.

Le temps était maussade et triste. Le nuages étaient bas, épais et gris, n'annonçant rien de plus joyeux que de la pluie. Une journée parfaite pour rester chez soit et ne pas en sortir. Sous les toits, on pouvait entendre le vent souffler et s’engouffrer dans les maigres ouvertures de fenêtres abîmées par le temps.
Assise à sa table, Sarah était en train de repriser une veste fort joliment décorée de broderies et de soie. Des tissus délicats à manipuler et qui lui voudrait de nombreuses brimades s’ils se trouvaient abîmés par des mains peu précautionneuses. C’était donc un travail manuel de précision et de patience pour lequel la jeune femme ne supporterait pas d’être dérangée. Par chance, Thomas était à l’étage en train de faire sa sieste quotidienne. Le vent était quelque chose qui ne le dérangeait pas pour dormir, au contraire c’était quelque chose qui le berçait et l’aidait à trouver le sommeil plus rapidement, à la grande joie de sa mère.

Cette dernière étouffa un petit cris lorsque son aiguille vint piquer son index, faisait apparaître une minuscule goutte de sang qu’elle s’empressa de porter à ses lèvres pour arrêter “l'hémorragie”. Ce n’était pas grand chose, et elle n’en souffrirait pas, mais une tâche rouge sur les tissus qu’elle travaillait n’était pas envisageable. C’est alors qu’elle entendit frapper à sa porte d’entrée, à quelques mètres d’elle. Sa première réaction fut de soupirer, car elle n’attendait personne aujourd’hui et elle n’avait pas l’intention d’être dérangée. Sarah ne fit aucun bruit, faisant comme si personne n’était à l’intérieur pour répondre à l’inconnu… Une couverture qui fut rapidement réduit en poussière lorsqu’elle se rendit compte de la lumière que produisait la bougie allumée à côté d’elle.

Poussant un nouveau soupire, la rouquine se leva et alla ouvrir la porte, non sans un certain agacement. Qui pouvait bien venir leur rendre visite aujourd’hui ? Son visage se décomposa lorsqu’elle tomba nez à nez avec le visage exotique de Da-Xia Lee.

-Je… hum… Bonjour. Que faites-vous ici ?

Sa voix était légèrement tremblante, peu sûre d’elle. Cette journée qui s’annonçait paisible ne le sera peut-être pas, finalement…  L’agacement laissa la place à l’appréhension et à l’inquiétude, car elle savait très bien la raison de la venue de la mercenaire, bien qu’elle souhaitait avoir tord. De plus, elle espérait que ses voisins avident de commérages ne se posent pas trop de question quant à la venue de cette femme étrange.

avatar
Invité
Invité
Mer 10 Jan - 19:08

Un prêté pour un rendu

Sarah Mercier & Da-Xia Lee
Tachant de se faire discrète, dissimulée sous sa cape brune, Da-Xia longeait les murs. Elle ne voulait pas être repérée, sa visite devait être secrète. Autant pour elle que pour sa cliente.
Enfin, "ancienne" cliente sonnait mieux vu que la besogne avait été accomplie...Mais pas payée. Xie était donc là pour récupérer son dû et, croyez-le, quand une Miraculée vient convoite quelque chose, il ne faut pas aller à l'encontre de sa volonté.

Elle arriva bientôt devant une échoppe de couturiers où vivait sa cliente et sa famille - ou ce qu'il en restait.Elle frappa à la porte et attendu quelques minutes avant de, enfin, entendre quelque chose bouger derrière le bois.
La chinoise tomba nez-à-nez avec la chevelure rousse et les traits agacés de Sarah Mercier. Ce dernier point changea quand la couturière reconnu sa visiteuse. Elle était inquiète et avait...Peur? Elle soupira en supposant que Sarah ne pourrait certainement pas la payer. Tant pis. -Je… hum… Bonjour. Que faites-vous ici ?

Da-Xia ne répondit pas et se tourna vers son homme de main, lui faisant signe de monter la garde puis entra en fermant la porte et en se débarrassant de sa cape qu'elle passa sous un de ses bras. Ce que je fais ici? Mais vous félicitez pour votre veuvage bien sûr! Dit-elle avec un grand sourire et à voix basse. Je vous avais bien dis que le coup de la noyade marchait à tout les coups.

Sa phrase finie, elle renifla et afficha une boude interrogatrice: Il n'y a pas quelque chose qui a brûlé?
avatar
Invité
Invité
Lun 15 Jan - 10:05

Un prêté pour un rendu

Sarah Mercier & Da-Xia Lee
Sarah ne souhaitait pas avoir d’ennuis, pas alors que Thomas dormait à l’étage, silencieux et inconscient de ce qui se passait en dessous de lui. Et quand bien même serait-il présent dans la même pièce, il n’aurait certainement pas comprit la situation, étant bien trop jeune pour saisir ce genre de problème d’adulte. Mais ce que l’enfant aurait réussi à interpréter, c’est le teint pâle de sa mère en voyant la mercenaire entrer chez elle avec un facilité déconcertante. La jeune femme savait parfaitement pourquoi elle était ici aujourd’hui, mais elle aurait souhaité que ce jour n’arrive pas aussi vite… Ou qu’il n’arrive jamais dans le meilleur des mondes. N’avait-elle pas de pitié envers une jeune femme esseulée ?

Cela faisait désormais plusieurs semaines que feu son époux avait rejoint l’autre monde, aidé par le destin et avant tout par son épouse qui ne supportait plus la vie qu’elle menait avec cet homme. La problème de l’argent qu’elle devait à Da-Xia était passé au second plan, laissant sa place à la joie d’être enfin libérée de plusieurs années de douleurs. Cependant, si Sarah avait oubliée ce léger détail, ce n’était pas le cas de son invité surprise. Tout ce bousculait dans son esprit, tandis qu’elle cherchait à moyen de ralentir la venue du moment fatidique. Elle ne pourrait pas le retenir bien longtemps, elle le savait… Pouvait-elle seulement espérer gagner un peu de temps ?

La jeune mère était visiblement nerveuse, ne sachant pas vraiment quoi faire face à cette situation inattendue. Un faible sourire gênée s'afficha sur son visage, disparaissant aussi vite qu’il était apparu. La noyade… Si quelqu’un venait à apprendre la véritable raison de la mort de son ancien mari, il y avait fort à parier que ce n’est pas dans ce logement douillet qu’elle finirait ses jours, mais plutôt derrière les barreaux, ou dans le pire des cas dans l’autre monde. Rappeler à son esprit qu’elle n’était rien d’autre qu’une meurtrière n’était pas bon pour ses nerfs particulièrement tendu.
Tremblante, Sarah enleva son matériel de couture et ses tissus de la table, les posant sur une chaise, afin de laisser apparaitre le bois vieillit du meuble.

- C’est sans doute la casserole encore au feu, je… Je n’ai pas prit le temps de la retirer…

Faisant craquer ses doigts pour tenter désespérément de faire disparaître la boule de stress ayant apparut dans son ventre, elle tira vers elle une des chaises de la table et tenta de prendre un air faussement détachée. N’importe qui aurait pu sentir à quel point cette situation la dérangeait fortement, même son invité.

- Vous voulez peut-être boire quelque chose ?

Gagner du temps… Gagner du temps par tous les moyens possibles.


avatar
Invité
Invité
Jeu 18 Jan - 20:44

Un prêté pour un rendu

Sarah Mercier & Da-Xia Lee
De part sa position d'assassin et de favorite du Grand Coësre, Da-Xia Lee avait toujours provoqué la peur et le respect chez autrui. Ce n'était pas elle qui allait s'en plaindre... Elle préférait ça que d'être restée la gamine abandonnée par son propre père et qui devait voler pour survivre. Rencontrer Robin avait été une des plus grandes opportunités de sa vie. Son mentor en avait fait une femme forte et respectée faisant trembler Paris; ceux demandant ses services étaient nombreux.

Sarah Mercier était l'une d'entre eux. Un jour, Xie avait répondu à la convocation de cette couturière, mariée et mère d'un petit garçon. Cela l'avait surprise, elle était rarement convoquée par des personnes du peuple et avait pensé qu'elle devait être une femme trompée souhaitant se débarrasser de l'intruse du lit conjugal. La vérité était tout autre. Sarah n'avait pas été pas quatre chemins et avait demandé à la chinoise de lui apprendre l'art de l'assassinat discret. Passées la surprise de premières minutes, Xie avait compris que la rouquine souhaitait se défaire d'un mari alcoolique, volage et violent avant qu'il ne la tue. C'était lui ou elle, en somme. Ou, plutôt, lui ou elle et leur fils.
Da-Xia avait donc appris à la jeune femme que le poison était la manière la plus efficace de tuer quelqu'un sans qu'on se rende compte du meurtre. A petites doses et donnés régulièrement, certains poisons pouvaient mimer la maladie...A la fin, on aurait simplement cru que le mari Mercier était mort à cause d'une santé devenue délicate. Malheureusement, vers la fin, ce dernier était devenu confus - à cause des poisons - et menaçait de s'en prendre au petit Thomas. Finalement, la Brise de Jade proposa à Sarah de balancer son mari dans le fleuve...Devenu fou, on croirait qu'il s'était suicidé pendant une crise de folie. Et la chose avait superbement bien marché! Sarah Mercier était donc une veuve heureuse éplorée s'occupant seule d'un enfant en bas âge.

Tandis que Da-Xia faisait la remarque d'une odeur de brûlé dans l'air, Sarah enlevait son ouvrage de la table. - C’est sans doute la casserole encore au feu, je… Je n’ai pas prit le temps de la retirer… Da-Xia fit mine de réfléchir: Ha Bon?...Tant mieux... dit-elle d'une pause, puis ajoutant d'un air remplit de sous-entendu Il vaut mieux ça qu'un feu de cheminé ayant échappé à tout contrôle!

Da-Xia s'assit: - Vous voulez peut-être boire quelque chose ? Non, merci Dit-elle calmement. Da-Xia se méfiait des autres femmes. Surtout celles portées sur l'assassinat et l'art des poisons. Même si Sarah Mercier ne se présentait pas comme empoisonneuse, elle en connaissait certains et Xie ne prendrait pas le risque d'accepter à boire ou à manger de cette femme prête à tout pour protéger son fils et elle-même. Elle mit son sac sur ses genoux: J'ai eu un accroc à une de mes robes, je me demandais si vous pouviez y jeter un œil...C'est Jean qui me l'a offerte. Si je ne la porte plus, il risque d'être fortement déçu


avatar
Invité
Invité
Ven 26 Jan - 15:53

Un prêté pour un rendu

Sarah Mercier & Da-Xia Lee
Vous êtes vous déjà retrouver dans une situation que vous ne maîtrisez pas ? Vous savez, ce genre de situation gênante dans laquelle vous ne savez pas comment réagir pour vous en sortir, et la seule chose que vous désiriez en cet instant était de fuir… ? Hé bien, c’était là ce genre de situation que vivait la jeune rouquine. Sans qu’elle puisse contrôle un seul de ses membres, elle les sentait trembler, incapable de se stabiliser. La nervosité s’était emparée de son corps sans qu’elle ne puisse y changer quelque chose. Ses muscles se contractaient au rythme de son coeur s’accélérant par cours périodes. Sur son front, on pouvait très facilement voir se dessiner quelques gouttes d’eau, témoignant de la peur émanant de son esprit. Da-Xia avait visiblement un certain pouvoir pour la mettre dans tous ses états, et malheureusement pas dans le bon sens du terme…
La dernière fois que Sarah s’était retrouvée dans un tel était n’était autre que le jour du meurtre de son mari. Que vous le croyiez ou non, la maman n’avait pas pour vocation de prendre la vie d’autres humains, et encore moins de l’homme qu’elle avait aimé pendant un certain temps. La couturière ne ferait de mal à personne, si ce n’est pour protéger sa vie et celle de son enfant. La brigadière pouvait être une potentielle menace, mais son esprit était bien trop flou pour imaginer l’empoisonner, et quand bien même cette idée lui aurait traversé l’esprit, elle n’aurait jamais été jusqu’au bout de sa pensée. Da-Xia était celle lui ayant expliquée -certes, brièvement-, cet art qu’était celui des poison, si bien qu’il n’était guère ardue de deviner qu’elle ne se serait pas laisser prendre à son propre siège.

Sarah aurait aimée que le sous-entendu glisse sur elle tel une brise, sans l’atteindre. Mais l’idée de voir sa modeste chaumière être en proie aux flammes la fit frémir. Elle savait que les menaces de l’empoisonneuse n’étaient pas à prendre à la légère et elle aurait adorée pouvoir lui servir ce qu’elle était venue chercher sur un plateau d’argent. Seulement, être seule avec un enfant n’était pas une situation très enviable pour des finances déjà très fragiles…

Maladroitement, elle prit la théière posée sur le feu à l’aide d’un torchon et versa l’eau chaude la contenant dans un verre en bois, dans lequel se trouvait quelques plantes et herbes différentes. S’asseyant face à Da-Xia, elle serra le verre entre ses mains, comme s’il s’agissait d’un réconfort, et Dieu seul savait à quel point elle en avait besoin.

- Une robe ? Répéta-t-elle, se doutant parfaitement bien de ce que désirait l’asiatique. Tout dépend de l’accro, je… J’ai beaucoup de travaille en ce moment, vous savez...

La jeune femme savait pertinemment ce qu’elle allait dire : qu’elle n’en avait que faire et qu’elle s’en occuperait si elle tient à son toit. Pourtant, Sarah se gardait de croire en un mince espoir de compréhension.

- Puis-je la voir ?


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un donné pour un rendu
» Cibel - TOP - Agression physique et verbale (Verdict rendu)
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V1.1 et V1.2
-