AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Nous sommes en avril 1672.
La Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

Event 1 : Les plaisirs de la fête.
Une fête somptueuse a lieu en ce moment à Versailles ! Il faudrait être fou pour manquer cela !

 Contexte et intrigue

avatar
Deus Ex Machina
Compte fondateur
Messages : 128
Points : 40

Dim 8 Oct - 16:51

Contexte

à la cour des miracles
France, an de Grâce 1667.

Louis le quatorzième règne sur sa cour installée dans le palais du Louvre, à Paris. Et si tous les regards des nobliaux sont tournés vers la vieillissante demeure royale, dans les bouges miteux de la capitale française, l’on s’agite et l’on s’inquiète. Des meurtres sanglants sont perpétrés dans les bas-fonds de Paris, des bourgeois disparaissent, et des enfants s’évanouissent pour ne jamais refaire surface. La pègre prospère, et s’alimente sur le dos des parisiens qui, effrayés, ne savent plus quoi faire pour assurer leur sécurité. Suite à l’assassinat du lieutenant criminel Tardieu et de son épouse, le roi et son ministre Colbert se sont décidés à agir : une nouvelle police royale est créée, sous les ordres du lieutenant général Nicolas de La Reynie.

La cour des miracles – véritable petit royaume sous-terrain – tremble. Et si ce nouvel organisme parvenait là où tous les autres ont échoués auparavant ? Et si cela signait la fin du grand banditisme parisien ? Le chef coësre rit au sein de sa demeure de bric et de broc. Ses contacts sont nombreux, la noblesse vient parfois réclamer les services de ces gueux qu’elle méprise. Alors il rassure. La police tombera, échouera, et perdra la face. Et les élites n’auront d’autres choix que d’accepter cet équilibre de l’ombre et de la lumière, instauré depuis des siècles aux pieds du trône souverain.
avatar
Deus Ex Machina
Compte fondateur
Messages : 128
Points : 40

Dim 15 Oct - 20:55

Intrigue n°1 : Le marché des illusions

à la cour des miracles
C'était un jour de marché ordinaire. On entendait les commerçants clamer les divers bienfaits de leurs marchandises pour attirer la clientèle. Les belles dames regardaient les tissus, les rubans, les bijoux en compagnie de leurs amies, de leur époux. On cherchait les modèles de robe à la dernière mode, le parfum le plus époustouflant. De leur côté, il y avait ces mères de famille venues chercher de quoi subvenir aux besoins nutritifs de leur progéniture. Puis il y avait tous ces badauds qui se promenaient parmi tant d'odeurs et de couleurs.
Naturellement dans un pareil bain de foule, il y avait des mains baladeuses toujours prêtes à se saisir de quelques biens d'autrui. Les voleurs étaient au rendez-vous. Cela était courant aussi, on était vigilant. Les marchands surveillaient avec suspicion ceux qui avaient le profil de l'emploi et tant que possible on tentait de garder la main à sa bourse de peur qu'elle ne s'envole.

Tout ceci était en somme un jour de marché tout à fait ordinaire, en effet, quand, un éclat de voix attira l'attention. L'homme se tenait là, le visage ébahi, l'index sale pointé vers un pauvre gueux alors qu'il répétait une seconde fois : « Celui-ci s'apprêtait à dépouiller cette femme ! Je l'ai vu ! Au voleur ! »

Intrigue ici !


Clôture : Le marché des illusions

à la cour des miracles
La panique provoquée par les coups de feu tirés par les soldats a rameuté quelques bandes du quartier. Cependant, la foule les poussent et les repoussent, et malgré tout leurs efforts le jeune voleur est embarqué par les Gardes Françaises. Les mouvements de foules ont blessé plusieurs badauds, piétinés par leurs semblables, tandis que l’incident de la place du marché remonta jusqu’aux oreilles du roi qui renforça les patrouilles dans ce secteur.

Depuis cet événement, les voleurs et autres truands sont de plus en plus sur leurs gardes, car les arrestations – mais aussi les condamnations – se multiplient. Plusieurs voleurs furent pendus aux gibets pour montrer l’exemple, et la rage grogne dans les bas-fonds de la cité.
avatar
Deus Ex Machina
Compte fondateur
Messages : 128
Points : 40

Dim 4 Fév - 21:03

Intrigue n°2 - Bas les masques !

à la cour des miracles
Septembre 1667

Le froid s’est emparé la capitale, la fraîcheur automnale gagnant petit à petit les rues de la basse-ville jusqu’au palais du Louvre abritant la famille royale. La nuit est tombée depuis une heure déjà, et malgré cela la noblesse est de sortie, se dirigeant dans des belles voitures vers le 36 rue des Tournelles où Ninon de Lenclos tient salon. Femme d’esprit, libre, amante d’hommes puissants, elle ouvre ce soir ses portes pour un bal masqué aux allures somptueuses. Hommes et femmes d’importances s’y pressent donc pour pouvoir apercevoir la célèbre courtisane, et se délecter des plaisirs de la fête, chacun ayant revêtu ses plus beaux atours dans l’espoir de s’y faire remarquer.

L’entrée est ornée de flambeaux, éclairant la voie jusqu’à la porte immense de l’hôtel particulier. Des valets ont été engagés en renfort pour le service, et des musiciens animent la soirée sur les derniers airs à la mode. Tout ici est réuni pour contenter tous ces célèbres invités : nobles, soldats, hommes de lettres… mais aussi invités indésirables. En effet, quelques membres de la cour des miracles se sont infiltrés parmi les invités et valets de la soirée, attendant le moment de frapper. Cette fête, c’est l’occasion pour Jean Sansdieu de faire un coup d’éclat, terrifier la noblesse parisienne, et réaffirmer sa toute puissance sur Paris, sa demeure et son royaume.

Alors que la fête commence, mais méfiez-vous, car la cour des miracles peut frapper à tout instant…

Intrigue en cours ici !
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V1.1 et V1.2
-