AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Nous sommes en avril 1672.
La Cour est actuellement installée à Saint-Germain-en-Laye.

Event 1 : Les plaisirs de la fête.
Une fête somptueuse a lieu en ce moment à Versailles ! Il faudrait être fou pour manquer cela !

 Tied by fate [Alexandre & Léopoldine]

avatar
Invité
Invité
Lun 27 Nov - 21:31

Tied by fate

Alexandre et Léopoldine
Le carrosse s'immobilisa dans un sursaut devant les portes de la maison close, sortant sa passagère de sa rêverie. Aussitôt, elle tourna la tête en direction de l'extérieur. Une faible lumière filtrait derrière les lourds rideaux écarlates et les rires et les éclats de voix qu'elle percevait laissaient clairement comprendre que la maison Sophie devait être bondée, comme bien souvent à cette heure-ci. Le calme du voyage ne serait bientôt plus qu'un souvenir songeait-elle avec amertume, elle qui aimait particulièrement le silence et la quiétude de la nuit. Elle regrettait presque de ne pas avoir fait le chemin à pieds mais cela était évidemment impensable. A la nuit tombée, mieux valait faire profil bas dans les rues de Paris, y compris pour quelqu'un qui connaissait chaque recoin par cœur. Elle ne craignait pas grand chose au demeurant mais elle savait pertinemment qu'elle n'était guère de taille à se mesurer à celui qui aurait l'idée malvenue de lui chercher des crosses. Elle quittait rarement les murs de la maison Sophie en pleine nuit mais il arrivait parfois qu'un riche client paye conséquemment pour jouir de ses services loin de la maison close. Il était impensable pour Adam de laisser sa poule aux œufs d'or sortir seule en pleine nuit, aussi exigeait-il toujours qu'on fournisse à la belle de quoi se déplacer sans encombres. En ces rares occasions, bien à l'abri, doucement bercée par l'allure des chevaux, elle avait la sensation d'être une reine et ne pouvait s'en plaindre. Un sourire satisfait étira ses lèvres tandis qu'elle entendait les pas du cocher qui se dirigeait vers la porte afin de la libérer.

« Ma Dame. » annonça-t-il tandis qu'il lui ouvrait la porte, accompagnant son geste d'un bref signe de tête en guise de révérence. Un homme adorable qui commençait à avoir l'habitude de la véhiculer tant son maître réclamait la présence de la courtisane à ses côtés. Elle était devenue une obsession pour le baron qui dépensait sans compter pour espérer profiter pleinement de la belle. Un amant de piètre facture mais un pigeon suffisamment riche et naïf pour faire les affaires d'Adam autant que celles de Léopoldine. Elle adressa un sourire au vieux cocher qui se trouva bien contrit « Votre élégance vous honore. Mais vous savez mieux que quiconque que je n'ai rien d'une dame. Nous savons vous et moi qu'on ne vous demanderait jamais de véhiculer une dame à une heure aussi tardive. » Son sourire se fit plus malicieux encore tandis qu'elle salua l'homme d'un geste de la tête. Ils se recroiseraient vite. Trop vite à son goût. Elle espérait simplement disposer de quelques jours pour souffler. Elle regarda le carrosse s'éloigner et tourner à l'angle de la rue avant d'approcher la lourde porte qui menait au palais des plaisirs. Le seul foyer qu'elle avait désormais, celui qu'elle aimait autant qu'elle maudissait. Un long soupir s'échappa de ses lèvres, un instant de répit avant de remettre ce masque qui était sien. Pourquoi ne pouvait-elle accepter ce qu'elle était ? Pourquoi ce qu'elle avait ne pouvait lui suffire ? La réponse, elle la connaissait. Elle se la répéter sans cesse sans jamais pouvoir la révéler à quiconque. Les révélations de sa mère, sa visite chez les du Vernay quelques semaines auparavant, tout ceci la hantait et elle ne pouvait rien faire pour apaiser son cœur. Le fardeau du secret était désormais le sien. Jamais elle ne pourrait s'en défaire, elle devait faire avec. S'adapter et oublier.

Sa main venait de se poser sur la poignée quand des pas derrière elle l'interpellèrent. Elle se retourna vivement avant de croiser le visage d'un homme qu'elle n'avait jamais vu dans les parages. Jeune et doté d'une certaine beauté, c'était surtout ses riches atours et sa démarche altière que Léopoldine remarqua avant toute autre chose. La présence des puissants dans pareils quartiers ne pouvait signifier qu'une chose, leurs pas les menaient au même endroit. Forcée de remettre son masque plus vite que prévu, la prostituée retrouva son sourire félin en un éclair. « Avez-vous perdu votre chemin, Monsieur ? L'endroit n'est pas des plus recommandés pour un aussi joli visage... Je peux peut-être vous renseigner ou...vous proposer d'entrer... » ajouta-t-elle en entrouvrant la porte du bordel où continuait de s'échapper une vive agitation.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» Dossier Corruption: Alexandre/Latortue
» Bienvenue à Pierre-Alexandre ...
» ITW Alexandre Astier : un film Goldorak ?
» Alexandre Giroux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Où règne Dame Fortune
 :: Buvons pour oublier :: V1.1 et V1.2
-