AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 Dernier recours

avatar
Athanase Duplay
Moineau
Pseudo : Atalante
Célébrité : Blake Ritson
Crédits : Atalante
Messages : 15

Âge : 37 ans
Métier : Écrivain public, faussaire à ses heures perdues
Situation matrimoniale : Marié, père de deux enfants

Lun 23 Oct - 19:17

Dernier recours

Ariane & Athanase
Je me tenais devant la porte fermée de la boutique, immobile, appuyé sur la canne qui m'aidait à rester debout. Serais-je vraiment prêt à entrer dans la boutique d'une sorcière pour soigner ma jambe ? C'est un client qui m'avait parlé d'elle pas plus tard hier. Il m'avait apporté une lettre de sa fille, actuellement en voyage en Italie, qui l'informait de ses conditions de vie et autres futilités. J'avais ensuite passé une demi-heure à rédiger une réponse, dictée par Jacques, mon client. Jacques, je le connaissais bien. Un brave type, pas riche mais qui envoyait régulièrement ses économies à sa fille de peur qu'elle ne manque de quelque chose. Il avait été un de mes premiers clients et m'était resté fidèle à ma sortie de prison. Lorsque je m'étais levé pour lui serrer la main et le saluer, ma vieille blessure avait décidé de se réveiller, et ce n'était pas passé inaperçu. Jacques m'avait jeté un regard inquiet, celui qu'il aurait pu réserver à un membre de sa famille. « Ta jambe ? ». Je lui ai répondu avec un sourire crispé, me saisissant de ma canne en même temps : « Oh, tu sais, je commence à avoir l'habitude. À croire que cette blessure ne guérira jamais ». Mes problèmes n'étaient pas ceux de mes clients, alors pourquoi l'inquiéter ? D'autres personnes attendaient mes services et mon mal ne m'empêcherait pas de les recevoir. Pourtant, Jacques avait pris le temps de la réflexion avant de se pencher vers moi. Il me parla d'une guérisseuse qui faisait des miracles, que certains la disaient sorcière et qu'on pouvait trouver toutes sortes de potions dans sa boutique, située au sud du fleuve Peut-être y trouverais-je de quoi soulager ma jambe ? Je l'avais remercié du conseil et avait accueilli le client suivant.

Cette nuit-la, je n'ai pas beaucoup dormi. Je n'osais espérer un remède miracle, n'importe quoi me permettant de marcher à nouveau et, qui sait, reprendre ma fonction de soldat. Me battre à nouveau, servir le roi et éloigner ma famille du besoin, un rêve peut-être à portée de main. Et si cette "sorcière" était capable de bien des miracles, serait-elle en mesure de réussir là où des dizaines de médecins avaient échoués. J'avais déjà exploré toutes les voies possibles de la médecine traditionnelle, peut-être était-il temps de s'aventurer sur des chemins moins pratiqués.

Je me tenais toujours devant la porte au-dessus de laquelle se balançait l'écriteau "Herbis et Malitiae". Ma jambe me lançait, trop sollicitée durant le trajet jusqu'à la boutique, et ma main était posée sur ma sacoche afin d'éviter qu'on ne me la vole. Papier, encre et plume s'y trouvaient rangés, attendant que je me serve d'eux. Car même si je venais ici en temps que client, je pouvais toujours toujours proposer mes services à cette Ila que je m'apprêtais à rencontrer. Je finis par entrer, poussant la porte en bois pour pénétrer dans une pièce aux senteurs apaisantes des plantes et épices qui semblaient avoir pris possession de l'endroit. L'ambiance particulière de l'endroit m’envoûta un instant, si bien que j'avançais sans même prêter attention à la vendeuse qui se trouvait pourtant là.


_________________


Lequel des deux à la plus de pouvoir ? L'épée taille, mutile la chair et vide un ennemi de son sang. Elle intimide et dissuade, assure une sécurité à son porteur. La plume, quant à elle, n'effraie pas un adversaire mais peut faire bien plus de dégâts. Les mots détruisent des réputations, des vies, des royaumes. Équipez-vous de chacune de ces armes et vous survivrez.
avatar
Ariane Langlois
Moineau
Pseudo : Shury
Célébrité : Katie Mcgrath
Crédits : Shury
Messages : 116

Âge : 29
Rang : Bourgeoise Marchande
Métier : Apothicaire/Soigneuse "Sorcière"
Situation matrimoniale : Veuve

Ven 27 Oct - 11:01

Dernier recours

Ariane & Athanase
Le feu attisé, les herbes embaumaient l'atmosphère de ma boutique avec plaisir. Je me tenais derrière le comptoir lisant un livre sur les plantes du nouveau monde. Certaines faisaient parties de mes commandes et il fallait que j'en apprenne plus sur elles pour que je puisse m'en servir au mieux. J'étais donc concentrée dans ma lecture sur le cannelier de chine quand la porte latérale, réservée aux gens de la rue, s'ouvrit sur un vieil homme mal au point.

Jean ?! Qu'avait-il encore fait pour finir dans cet état ? Je me précipita vers le miraculé pour le mener directement dans l'arrière de ma boutique. Je l'installa sur un lit d'appoint pour regarder au mieux ses blessures. L'odeur nauséabonde de la bière s'extirpait de ses vêtements et de sa peau. Le bougre avait encore dû boire à n'en pas finir pour aller se battre. Tss ! Cette fois, un poulet ne suffirait pas à compenser les soins. Il était allé vraiment trop loin. Je préparais donc un cataplasme d'herbes médicinales que je malaxais avec l'eau chaude que j'avais toujours dans la boutique. J'apposais donc délicatement le mélange sur les plaies que j'avais pris le temps de nettoyer pour qu'elles soient propres.

Alors que je recouvrais Jean d'une couverture pour le laisser se reposer, j'entendis la porte s'ouvrir. Je me redressa donc rapidement, maintenant un paravent devant le malade pour le cacher. Je défroissais mes vêtements après avoir nettoyées mes mains. Je soupire pour reprendre contenance. S'ils s'avéraient que c'étaient de bonnes gens, il fallait que je sois présentable. Je marcha donc sereinement vers mon comptoir ne montrant aucun signe de culpabilité, je m'arrêta derrière pour observer le nouveau venu. Il semblait complètement pris par l'aspect pariétal de la boutique. Il était vrai qu'elle donnait l'impression que tout était en vrac alors que je pouvais m'y retrouver aussi facilement que mon demeure d'enfance. Je vois que l'homme s'appuyait sur une canne. Blessure ? Maladie ?

Bienvenue chez Herbis et Malitiae, monseigneur. Que puis-je pour vous ?

La phrase sortit sur un ton doux agrémentée d'un sourire.
avatar
Athanase Duplay
Moineau
Pseudo : Atalante
Célébrité : Blake Ritson
Crédits : Atalante
Messages : 15

Âge : 37 ans
Métier : Écrivain public, faussaire à ses heures perdues
Situation matrimoniale : Marié, père de deux enfants

Dim 29 Oct - 21:46

Dernier recours

Ariane & Athanase
Une voix féminine m'extirpa à ma contemplation et mon regard se porta instinctivement vers la source de la phrase. Une jeune femme se tenait devant moi, un sourire commercial sur les lèvres. Était-ce donc elle la sorcière dont m'avait parlé mon ami ? Elle n'avait pas l'apparence d'un être démoniaque, au contraire. Quoi qu'il en soit, elle devait être la gérante aux vues de l'accueil qu'elle m'avait réservé. Je lui souris à mon tour et m'avançai vers elle, m'appuyant sur ma canne.

« Bonjour Madame. Un ami m'a vanté vos compétences et prétends que vous faites des miracles. »

Je laissai la phrase en suspend quelques instants, me laissant le temps d'analyser la réaction de la vendeuse. C'était pure folie d'être venu, comment une femme pourrait-elle réussir là où tant d'autres avaient échoué ? Je poursuivis cependant :

« J'ai servi sa Majesté plusieurs années en tant que soldat, mais un projectile m'a touché à la jambe il y a de cela une dizaine d'années et je ne me suis jamais vraiment remis... Pensez-vous pouvoir faire quelque chose ? »

Inutile de m'attarder sur des commentaires futiles tels que "belle boutique que vous avez là" ou autres "pas facile de vous trouver". Non, je n'avais pas le cœur à plaisanter et encore moins à perdre mon temps. Cette maudite blessure m'avait causé assez de tracas et je ne supporterais pas les nouveaux mensonges d'un bonimenteur m'assurant qu'il possédait un potion miracle capable de guérir tous les maux. J'étais tendu et cela se ressentait. Je regardais la vendeuse dans la mélange d'espoir et de résignation, comme si une partie de mon être s'accrochait envers et contre tout à la certitude que je pourrais un jour marcher sans devoir m'appuyer sur une canne. Mon souffle était court et mon corps raide, en attente d'une réponse, d'un indice sur le visage de mon interlocutrice, un regard encourageant, n'importe quoi. Je soupirai légèrement :

« J'ai déjà consulté des dizaines de médecins mais aucun n'a été capable de soulager la douleur. On vous dit...  » (je rattrapai le mot "sorcière" juste à temps) «... capable de choses que la plupart des docteurs traditionnels ne font pas. »

"Je suis sûr que vous pouvez faire des miracles. Montrez-moi. Guérissez-moi et je vous serez à jamais reconnaissant. Ou arrêtez de me faire espérer tout de suite, je ne peux plus supporter ce silence".


_________________


Lequel des deux à la plus de pouvoir ? L'épée taille, mutile la chair et vide un ennemi de son sang. Elle intimide et dissuade, assure une sécurité à son porteur. La plume, quant à elle, n'effraie pas un adversaire mais peut faire bien plus de dégâts. Les mots détruisent des réputations, des vies, des royaumes. Équipez-vous de chacune de ces armes et vous survivrez.
avatar
Ariane Langlois
Moineau
Pseudo : Shury
Célébrité : Katie Mcgrath
Crédits : Shury
Messages : 116

Âge : 29
Rang : Bourgeoise Marchande
Métier : Apothicaire/Soigneuse "Sorcière"
Situation matrimoniale : Veuve

Lun 6 Nov - 18:53

Dernier recours

Ariane & Athanase
Alors qu'il se tourna vers moi et s'avança, il me salua et me parla de comment il m'avait connu. Le bouche à oreille de la rue était une des bases de mon commerce. Alors je ne pouvais que sourire à ce genre de phrase, ravie qu'on commente ainsi mes mérites.

Je ne sais pas si je peux faire des miracles, mais je tente par tous les moyens de trouver une solution au problème qui m'est amené.


Je le regarda humblement, malgré une pointe de fierté dans mon regard. J'étais  fière de ma réputation maintenant. Il était vrai que par moments le mot sorcière ressortait mais je ne pouvais rien y faire. Et avec mon passé, je ne pouvais cacher l'origine de cette rumeur et j'allais devoir vivre avec maintenant et jusqu'au jour de ma mort. De plus, ce terme m'avait déjà apporté quelques clients donc je ne pouvais que le remercier aujourd'hui. Cependant, j'exerçais mon commerce dans la plus pure des factures pour ne pas que le roi, les autorités ou les gardes puissent douter de quelque chose... du moins en apparence. Car il était vraiment que je cachais bien des secrets au cœur de cette boutique et de mon esprit. Mon âme jouait et s'amusait avec tous ces vices cachés me tourmentant par moments, mais jamais assez longtemps pour me causer du souci. Je m'étais bien accommodé de cette double vie. Je continuais d'écouter l'homme. Il était allé droit au but. Il savait que je soignais des gens et cela était rare pour une personne qui rentrait pour la première fois dans ma boutique. Normalement, toute personne pensait que je ne vendais que des épices et des herbes au vu du mot « apothicaire » apposé sur l'enseigne. J'observais attentivement son langage corporel. Il était tendu. Tendu comme s'il espérait quelque chose plus qu'il ne le fallait. Je clignais des paupières pendant qu'il faisait une pause.  Lorsqu'il reprit son dialogue, il parla de plusieurs visites pour soulager sa douleur. Une coupure dans sa phrase suivante me refit cligner des yeux avant qu'un sourire rempli de gentillesse signa mes lèvres.  

Comme cela, je ne peux vous le dire. Il faudrait que j'examine votre jambe pour que je puisse savoir si je peux vous aider ou non. M'autoriseriez-vous à vous ausculter ?


Je ne pouvais promettre quelque chose sans avoir tous les tenants et les aboutissants de son histoire.
avatar
Athanase Duplay
Moineau
Pseudo : Atalante
Célébrité : Blake Ritson
Crédits : Atalante
Messages : 15

Âge : 37 ans
Métier : Écrivain public, faussaire à ses heures perdues
Situation matrimoniale : Marié, père de deux enfants

Sam 18 Nov - 11:51

Dernier recours

Ariane & Athanase
J'avais trop parlé, je le savais désormais. Quelle idée de raconter ma vie à une parfaite inconnue alors que je pourrais négocier avec un client le prix de mes services ? Au lieu de cela, j'attendais la réponse d'une sorcière et celle-ci se montra plutôt optimiste, se présentant comme prête à tout pour que ses clients en aient pour leur argent. Espérons seulement qu'elle ne me ferait pas gâcher le mien...

Lorsqu'elle demanda de m'examiner, je restait immobile un instant. Oui, évidemment, elle ne pouvait connaître l'étendue des dégâts sans avoir vu ma blessure. C'était évident. Je me contentai d'un hochement de tête en guise de réponse et cherchais du regard un endroit où m'asseoir. Mes yeux se posèrent sur un tabouret usé : il ferait très bien l'affaire. Je m'y installai et retroussai mon haut-de-chausse jusq'à mon genou. La couleur pâle de la cicatrice la rendait bien visible, juste en dessous du genou, alors qu'une autre trace claire striait ma jambe sur une dizaine de centimètres. La première marque désignait l'endroit par où était entrée la balle et la seconde, là où les médecins avaient tranché la chair pour en extraire le plomb. Des semaines durant ont me répéta que j'avais eu de la chance de ne pas perdre ma jambe et je ne doutais pas un seul instant de ma bonne fortune. Quelques pièces plus haut et le projectile aurait fracassé ma rotule, annihilant tout espoir de rétablissement.

Je n'osais relever la tête vers l'apothicaire, de peur de voir sa réaction. Alors, comme pour m'occuper les mains et éviter de rester immobile, fuyant le regard de la jeune femme, je posai ma sacoche au sol afin qu'elle ne gêne pas durant l'examen. Une substance poisseuse recouvrit ma main et je crus d'abord à du sang, mais un simple regard chassa cette pensée : de l'encre. Je lâchais un juron et fouillai dans mon sac en quête du tube qui devait s'être ouvert. Ma sacoche était fichue, mais ce n'était pas pour cela que je m'inquiétais : je me dépêchai de sortir plumes, encrier et papiers pour éviter plus de dégâts, mais le mal était fait. Je contemplais avec impuissance un des contrats qu'un client m'avait confié dans le but de le retranscrire en plusieurs exemplaires, couvert de taches sombres, inutilisable. Avais-je encore l'original chez moi ? Je l'espérais car dans le cas contraire, de gros problèmes m'attendaient. Je ne remarquai l'encre qui avait maculé le sol qu'après avoir sauvé le contenu de mon sac.

« Je suis désolé, je vais vous aider à nettoyer »

Bon sang, combien me coûterait cette stupide erreur de ne pas avoir vérifié que mon tube d'encre était correctement fermé ? Plusieurs papiers fichus, des documents officiels perdus, des plumes inutilisables et un nouvel échantillon de liquide noir à acheter. Comme si je pouvais me permettre de nouvelles dépenses... Venir chez cette sorcière m'aurait déjà coûté plus que je ne pouvais me permettre de dépenser, mais ce nouvel imprévu annihilait mes espoirs de finir le mois avec assez d'argent en poche. Il me faudrait trouver d'autres sources de revenus si je souhaitais offrir à ma femme et mes enfants des semaines sans inquiétude.

_________________


Lequel des deux à la plus de pouvoir ? L'épée taille, mutile la chair et vide un ennemi de son sang. Elle intimide et dissuade, assure une sécurité à son porteur. La plume, quant à elle, n'effraie pas un adversaire mais peut faire bien plus de dégâts. Les mots détruisent des réputations, des vies, des royaumes. Équipez-vous de chacune de ces armes et vous survivrez.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernier recours
» [Sujet clos] Le dernier recours en situation désespérément désespérée est resté, reste et restera toujours l'appel au secours. [PV]
» — You left me in the dark
» Les chimères temporaire
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D'Ombre et Lumière :: 
Paris capitaleParis capitale
 :: Outre-Petit-Pont :: Habitations :: Herbis et Malitiae
-